DU POPULISME RUSSE

Vendredi 30 Novembre 2018


À l’heure où le terme "populiste", utilisé par la bien-pensance officielle ou médiatique comme un anathème, est appliqué indistinctement à toute mouvance ou organisation s’élevant contre l’ordre établi, et sert à condamner la moindre "déviance" sociale ou politique, il paraît opportun de l'aborder dans une perspective moins réductrice et surtout moins stigmatisante.
 
Le terme de "populiste" prend une connotation volontiers péjorative dans le discours (ou les écrits) de la caste médiatique, qu'elle soit de droite ou "de gauche".
Est souvent qualifié de "populiste" celui (ou celle) qui sait parler au peuple en un langage accessible, débarrassé des convenances artificielles d'une "bien-pensance" hypocrite.
L'adjonction du suffixe "iste" sert en outre à désigner de manière pernicieuse ceux qui s'attachent simplement à défendre la cause du peuple.

Il convient donc de rappeler que le concept de populisme a connu en Russie ses heures de gloire, tant du fait de ses théoriciens qu’au niveau de sa traduction concrète (explosions de mécontentement populaire aussi bien dans les campagnes que dans les villes).
Le mouvement dit narodnitchetsvo (Народничество), mouvement d'opposition d'élites et d'intellectuels (années 1850-1880) porta par exemple ces derniers à entreprendre une "croisade" en direction du peuple pour l'éduquer et lui faire prendre conscience de ses droits face au conservatisme, voire à la réaction tsariste.
Il est à noter, soit dit en passant, que Lénine, au nom d'une doxa intransigeante et dogmatique, n 'hésita pas à dénigrer ce mouvement, voire à le "diaboliser".

Le texte qui suit éclaire précisément la phase historique proprement russe de la notion de "populisme", laquelle doit, cela va de soi, être replacée dans le contexte plus large d'un populisme qui a connu, à travers le monde, des fortunes et des dérives diverses.

J.M

POPULISME, Russie

Paul CLAUDEL, « POPULISME, Russie », Encyclopædia Universalis [en ligne],
URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/populisme-russie/


EXTRAITS

En russe narodnichestvo, le populisme  désigne le mouvement d'opposition des intellectuels russes au tsarisme, dans les années 1850-1880 ; ce courant politique touche surtout des intellectuels des classes moyennes, qui, tout en étant imprégnés de culture occidentale, n'en ont pas moins une conscience aiguë du retard économique et politique de la Russie par rapport à l'Occident. Une des premières manifestations du mouvement populiste est la « croisade vers le peuple » (1874) : les jeunes intellectuels tentent d'investir et d'éduquer la paysannerie qui détient, selon eux, dans ses formes d'organisation économique et sociale, la solution des problèmes de la nation russe. L'échec de la croisade est à peu près total ; les jeunes révolutionnaires sont traqués par la police, rejetés par les paysans eux-mêmes. Un débat incessant s'ouvre alors entre slavophiles et occidentalistes, entre non-violents et partisans du terrorisme. En 1879, le groupe Terre et Liberté (Zemljia i Volja) se scinde en deux groupes : le premier, la Volonté du peuple (Narodnaia Volja), regroupe les terroristes, le second, le Partage noir (Tchnerny Peredel), rassemble ceux qui privilégient l'agitation politique ; la Volonté du peuple sera responsable de nombreux attentats : l'exécution, en 1882, du tsar Alexandre II marque à la fois l'apogée et la fin de cette organisation. On retrouve cependant un certain nombre de ses thèmes de propagande (rôle attribué à la paysannerie dans le processus révolutionnaire, tentation du terrorisme) dans le mouvement socialiste-révolutionnaire du début du XXe siècle. Le Partage noir conduit à la création du Parti ouvrier social-démocrate en 1894. Cependant, les théoriciens du mouvement, Alexandre Herzen, Nikolai Tchernychevski, Pierre Lavrov ont essayé d'adapter leurs doctrines socialisantes aux réalités russes, notamment en attribuant un rôle important aux communautés rurales. Enfin, tirant les leçons de l'échec subi par le mouvement populiste, certains idéologues, tels Voroutsov et Danielson, préconisent l'abandon de la voie révolutionnaire au profit d'une action réformatrice dans le cadre du régime tsariste.

—  Paul CLAUDEL

Écrit par :


«  POPULISME, Russie  » est également traité dans :

AXELROD PAVEL BORISSOVITCH (1850-1928)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 397 mots
  •  • 1 média

Né à Chklov dans une famille de paysans juifs, Axelrod suit les cours de l'école secondaire tout en organisant une école pour enfants de Juifs pauvres. À dix-huit ans il découvre Lassalle et s'engage dans le mouvement révolutionnaire. Populiste, il tente d'organiser à […] Lire la suite

LAVROV PETR LAVROVITCH (1823-1900)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 296 mots

Issu d'une famille de propriétaires aisés de la région de Pskov, Lavrov entre à l'école d'artillerie de Saint-Pétersbourg, puis y devient professeur de mathématiques à l'âge de vingt et un ans. Il collabore, pour le domaine philosophique, au Dictionnaire encyclopédique russe (1864). Influencé par sa […] Lire la suite

LÉNINE (1870-1924)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 881 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Le stratège de la prise du pouvoir  »  : […] en œuvre le soviet de Petrograd, dominé par une majorité de mencheviks et de socialistes-révolutionnaires. Héritiers du populisme, ces derniers ont une grande audience dans la paysannerie ; ils prônent une résolution de la question agraire, mais sont aussi favorables à la poursuite de la guerre jusqu'à la victoire. Dans ses quatre Lettres de […] Lire la suite

MIKHAÏLOVSKI NIKOLAÏ KONSTANTINOVITCH (1842-1904)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 343 mots

Sociologue et écrivain politique russe, leader reconnu du mouvement narodnik (populiste) sous le règne d'Alexandre II. Il travailla de 1868 à 1884 pour un journal ayant une audience importante, l'Otechestvennye Zapiski (Annales de la patrie), et, de 1892 à 1904, il dirigea […] Lire la suite

NETCHAÏEV SERGUEÏ GUENNADIEVITCH (1847-1882)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 362 mots

Né dans une famille d'ouvriers, autodidacte, Netchaïev obtient un poste d'instituteur à Saint-Pétersbourg où il fréquente les cercles d'étudiants révolutionnaires. Poursuivi pour ses activités, il se réfugie à Genève où il rencontre Bakounine. Avec l'aide, semble-t-il, de ce dernier, il écrit Le Catéchisme […] Lire la suite

PLEKHANOV GUEORGUI VALENTINOVITCH (1856-1918)

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 1 598 mots

Dans le chapitre « La période populiste (1876-1880)  »  : […] Dans les années soixante-dix, les populistes dominent sans partage le mouvement révolutionnaire : pour eux, la paysannerie est la vraie classe révolutionnaire, le capitalisme est un accident dans le développement original de la Russie ; cet accident peut être évité par un retour aux traditions de la commune paysanne. Cette idéologie de la […] Lire la suite

POPULISME

  • Écrit par 
  • Pierre-André TAGUIEFF
  •  • 8 424 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Populismes agraires et populismes politiques  »  : […] Le socialisme agraire des intellectuels, dont le populisme russe est le prototype, fondé sur une idéalisation du communautarisme rural. Les populistes russes ont élaboré idéologiquement les réactions de défense des sociétés agraires menacées de dislocation par le capitalisme. Ils se plaçaient dans une perspective […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Roger PORTAL
  •  • 20 257 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Le populisme  »  : […] Tandis que le mécontentement entretient à la campagne et dans les usines des troubles passagers et sans gravité pour le gouvernement, un fort courant d'opposition se développe au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, dans une intelligentsia nouvelle, recrutée parmi les éléments des classes moyennes, popes, fils de popes, cadets d'écoles […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - L'art russe

  • Écrit par 
  • Michel ALPATOV, 
  • Olga MEDVEDKOVA, 
  • Cécile PICHON-BONIN, 
  • Andreï TOLSTOÏ
  •  • 18 900 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le réalisme  »  : […] et dans plusieurs villes de province. Les Ambulants rompent avec l'Académie, se fondent sur des principes issus du populisme russe et peignent dans un style réaliste. Ils ont leurs propres critiques, comme Vladimir Stassov (1824-1906), leurs mécènes et leurs collectionneurs, tel Pavel Tretiakov (1832-1898) qui offrira en 1892 sa collection (la […] Lire la suite

SOCIALISME - Histoire des mouvements socialistes (1870-1914)

  • Écrit par 
  • Daniel LIGOU
  •  • 8 058 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Russie  »  : […] Jusqu'aux années 1900, le socialisme russe s'exprime surtout par le populisme, qui s'efforce de concilier le socialisme utopique et les traditions historiques de la Russie, chères aux slavophiles. À cette époque, la conception populiste est critiquée par les premiers marxistes (Paul Axelrod […] Lire la suite

TKATCHEV PETR NIKITITCH (1844-1886)

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 713 mots

Issu de la moyenne noblesse provinciale russe, capacitaire en droit, Petr Nikititch Tkatchev est exclu en 1861 de l'université de Saint-Pétersbourg pour sa participation au mouvement étudiant et incarcéré deux mois dans la forteresse de Cronstadt. De 1862 à 1869, il anime le courant populiste tout en […] Lire la suite

ZASSOULITCH VERA IVANOVNA (1849-1919)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 100 mots

D'origine noble, la Russe Vera Zassoulitch est d'abord une militante du mouvement populiste terroriste Narodnaja Volja (Liberté du peuple) ; elle devient célèbre le jour de 1878 où elle tire un coup de revolver sur le grand maître de la police pétersbourgeoise, Trepov, qu'elle manque. Acquittée, elle émigre. À Genève elle se lie avec Plekhanov, […] Lire la suite