kalinka-machja CERCLE CULTUREL ET HISTORIQUE CORSE-RUSSIE-UKRAINE



LIENS RUSSIE

État des lieux politique à l'issue des territoriales de Juin 2021


 
Le mouvement nationaliste corse se répartit en une  composante autonomiste et une composante indépendantiste, chacune de ces composantes se subdivisant par ailleurs en sensibilités assez différenciées.
4 partis représentent la mouvance nationaliste en Corse.
  • Femu a corsica, considéré dans l'opinion publique locale comme autonomiste modéré.
  • P.NC (Partitu di a Nazione Corsa) catalogué comme autonomiste.
  • Corsica libera catalogué comme autonomiste intransigeant, voire comme indépendantiste.
  • Core in frontu catalogué comme nettement indépendantiste
L'assemblée territoriale de Corse récemment élue comporte, côté "nationaliste" 3 groupes issus de ces 4 partis..
- Le groupe relevant du Parti " Femu a Corsica " mené par Gilles Simeoni a totalisé 40,6 % des voix et 32 élus, dominant désormais l'Assemblée territoriale, dans laquelle il cumule sans partage tous les pouvoirs.
- Le  groupe ayant pour tête de file Jean Christophe Angelini, né d'une fusion électorale entre les deux tours du PNC avec le parti de Jean Guy Talamoni (Corsica Libera) a obtenu 15,1% des voix et 8 sièges. Toutefois une personne élue à la faveur de la fusion a décidé de siéger au nom de son parti Corsica Libera.
- Le groupe  "Core in fronte" (dirigé par Paul Félix Benedetti) est une composante qui se donne pour objectif à moyen ou long terme l'indépendance de la Corse et met nettement en avant des préoccupations sociales. Il a obtenu 12, 3 %, des voix et 6 sièges.
La mouvance nationaliste sous ses différentes acceptions cumule 68 % des voix, et totalise 46 sièges sur 63.
L'opposition non nationaliste, représentée par le Maire d'Ajaccio, Laurent Marcangeli, (Droite) a obtenu 32% des voix et totalise 17  sièges sur 63.
La Gauche radicale, socialiste, ou communiste a disparu de l'hémicycle, de même que la mouvance "En marche".