kalinka-machja CERCLE CULTUREL ET HISTORIQUE CORSE-RUSSIE-UKRAINE

IN MEMORIAM


Disparition d'Elena Dimitrievna Vladimirova


Une grande dame s’en est allée. Elle s’est éteinte le 15 février 2014.
En dépit de son âge avancé, elle avait encore participé récemment à un séminaire organisé par l’Association des Enseignants de Français de Russie (AEFR).
Comme le dit Jeanne Aroutiounova, présidente de l’AEFR,  c’est une lourde perte pour le monde francophone en Russie.
C’est une lourde perte aussi pour tous ceux qui la connaissaient.
Nous tenons à honorer la mémoire d’Elena Dimitrievna Vladimirova, cette grande dame qui a tant œuvré pour le rayonnement et pour la promotion de la langue française à travers son pays.
Nous avions eu l’occasion d’apprécier l’immense générosité d’Elena, sa disponibilité et la chaleur de son accueil en son domicile de Moscou, où elle tenait à inviter et héberger ses amis français de passage en Russie.
Nous avons eu également le plaisir de la recevoir à Ajaccio, où, s’étant échappée de ses visites de travail « sur le continent » elle nous a honoré et nous gratifié plusieurs fois de sa chère présence.
Tous ceux qui l’ont approchée ont pu s'émerveiller de sa passion pour la langue française, une langue qu’elle maîtrisait de façon exceptionnelle, et dont elle ne cessait d’élargir et d’approfondir la connaissance.
A la Présidente de l'AEFR, Jeanne Arioutounova, et à tous les membres de l''Association, à la famille, enfants et petits enfants d'Elena, nous présentons nos condoléances attristées.

 

 


D'autres hommages:


 

Lamalou les Bains,  

18 février 2014

 

Pensée de France pour l’amie qui nous a quittés :

 

Elena Dmitrievna reste dans le cœur de tous. Elle était de ces forces tranquilles qui tout en restant à l’écoute des autres vivent totalement leur idéal. Le sien était la langue française. Elle l’avait acquise, conquise, maîtrisée et tellement aimée. Mais c’était à condition de la partager avec d’autres, ses étudiants avant tout, que patiemment elle convertissait à l’inépuisable trésor des mots et des phrases. L’attrait de l’étude et la sensibilité aux beautés de la langue coulaient en elle comme l’eau de ces ruisseaux qui ne tarissent jamais. Nous tous enseignants qui avons eu le  bonheur de la connaître étions séduits par l’empathie qui rayonnait de sa voix, cette douceur réfléchie qui se lisait dans son sourire et la rendait si attachante. Doyenne de l’Association, elle l’était, mais surtout par l’esprit et la conviction. Elle aura été présente, fidèle et active pour le simple plaisir de se trouver au milieu de ceux qui partageaient sa passion, sa vocation de toute une vie. L’exemple d’une si belle personne relance notre courage et notre espérance que le vrai, le beau et le bien soient les valeurs ultimes de notre existence.

 

Pierre Barthe



________________________________________________________________________________________________________________________


Jean Maiboroda