kalinka-machja CERCLE CULTUREL ET HISTORIQUE CORSE-RUSSIE-UKRAINE



LIENS RUSSIE

LA CORSE VUE PAR DES ETUDIANTS RUSSES


L'association Kalinka-Machja a reçu du 2 au 14 mai 2007 un groupe de 10 étudiants de la prestigieuse université Lomonossov de Moscou accompagnés de deux enseignantes en langue française, mesdames Zagryazkina Tatiana et Kryukova Olga.

Ce groupe a bénéficié d'un stage intensif de langue française doublé d'une découverte de la Corse, abordée tant du point de vue de sa spécificité historique et culturelle, que du point de vue de sa richesse et sa diversité touristique.

Les cours de langue française.

L'enseignement de la langue française dispensé durant le séjour a comporté 6 modules de 4 heures, soit un total de 24 H de cours intensifs.
Les cours ont été assurés essentiellement par Madame Coretti Marie Françoise, formatrice d'adultes.
Mademoiselle Marie Rose Colonna de Cinarca, enseignante de français retraitée, membre de l'Association a prêté ponctuellement son concours.

Les conférences:

- Pascal Paoli (par M.Antoine Marie Graziani, historien),
- Napoléon (par M.Paul Silvani, journaliste et chroniqueur),
- Histoire de la Corse (M. Dominique Carlotti),
- Organisation administrative et spécificité de la Corse (M. Pierre Agostini),
- Le Tourisme en Corse (M. Alex De Lanfranchi).

Les visites et réceptions.

- Visite de l'Université de Corse et rencontre avec les autorités qualifiées.

- Réception très éclairée et fort appréciée du groupe d'étudiants et de leurs professeurs par monsieur Antoine GIORGI, Conseiller Exécutif de la Collectivité Territoriale de Corse, Président de l'Agence du Tourisme de la Corse, en charge de l'enseignement supérieur, de la recherche et de langue et culture corses.

- Réception conviviale et chaleureuse par le Conseil Général de Corse du Sud (Président PANUNZI en personne entouré de trois conseillers généraux).

- Réception par la Municipalité d'Ajaccio.

N'oubliant pas que la Corse est une destination touristique privilégiée, nous avons ménagé à l'intention de nos hôtes des excursions (cars Ceccaldi) qui leur ont fait découvrir la beauté de nos sites naturels et leur diversité.

Hébergement

Le lieu d'hébergement permanent a été le village vacances de la CCAS à Porticcio qui a mis également à disposition une salle de conférences et une salle de travail.
Les étudiants ont pu bénéficier des animations organisées le village vacances.
Ils ont apprécié l'accueil CCAS, l'amabilité et le professionnalisme du personnel, le cadre général du village et la qualité de la restauration.

Transport.

Mentionnons aussi la mise à disposition gratuite d'un véhicule durant tout le séjour par le PDG des établissements FIAT, notre ami Georges BARANOVSKY, et la grande disponibilité du chauffeur-accompagnateur bénévole, Jean SELEZNEFF.
Un compte rendu collectif est paru dans la revue de l'université de MOSCOU.

Les élèves ont également établi individuellement un petit bilan personnel de leur séjour rédigé en langue française, que nous reproduisons ci-après.





 

ANNA P.

La Corse….. A quoi vous fait penser ce nom ? Personnellement, j’y pense comme à une partie de la France tout à fait particulière et mystérieuse, isolée et sauvage.
Quand on arrive là-bas, on tombe tout de suite amoureux de ce lieu, il ne peut pas en être autrement. On apprécie beaucoup la nature, la culture, l’art de vivre et, bien sûr, les gens ; Les habitants sont tout à fait particuliers, toujours très accueillants et prêts à vous aider.
Si vous leur demandez : « qu’êtes-vous : corse, français ou européen ? », une bonne majorité vous répondra : « nous sommes corses d’abord ! On ne renie pas la nationalité française mais c’est à nos racines, nos parents et notre maison auxquels nous tenons ! ». si vous leur demandez quel est leur endroit préféré, ils vous répondront sans aucun doute : « là où je suis né ! ». s’ils travaillent sur le continent, leur pays leur manque beaucoup.
Lorsqu’ils parlent de la corse, on remarque tout de suite l’amour et la passion avec lesquels ils le font. Ils peuvent parler pendant des heures et des heures de la langue corse, de Napoléon, de l’histoire.
Donc, pour comprendre et ressentir cela, il faut venir ici et laisser, en partant, une petite partie de son cœur dans ce pays merveilleux peuplé de gens fantastiques.

ELENA M.

A vrai dire, je savais seulement que la corse était une île dont les particularités sont le vin rosé et le fromage de brebis. On m’avait dit que les gens d’ici étaient peu aimables à cause
de leur histoire : l’occupation par les Gênois, les différents invasions... Je savais aussi que la Corse s’appelait « l’île de Beauté » à cause de la variété de ses plantes et grâce à la douceur de son climat.
Maintenant je sais que la Corse est vraiment « l’île de Beauté ». Au contraire, les gens d’ici
sont très aimables et accueillants. Cela a été un moment très important dans ma vie parce que j’ai vu la mer pour la première fois. Alors, pour moi, la Corse restera associée à la mer, au soleil, aux vagues et au sable. La Corse restera associée aussi aux descendants des émigrés russes, à l’Association Kalinka-Macchja, à leur gentillesse, leurs sourires et leurs plaisanteries.
Dans ma mémoire, l’île restera l’endroit où j’ai encontré des enfants russes adoptés par des familles corses.
Bien sûr, j’ai remarqué que, malgré la superficie de son territoire, il y a autant d’habitants que dans la ville où j’habite, soit 250 000.
Beaucoup d’aspects m’ont intéressée. Le plus intéressant pour moi, c’était les élections. Nous sommes arrivés le 2 mai, trois jours avant les élections présidentielles. Je me suis aperçue, pendant ces jours-là, que les français, du moins les résidents de la CCAS où nous logions, parlaient de politique, de leurs préférences, des programmes de Ségolène Royal et de Nicolas Sarkozy. Les adolescents ne parlaient pas beaucoup de politique, c’était surtout les adultes qui en discutaient.A Ajaccio comme partout en France il y avait des affiches de Nicolas et Ségolène. A vrai dire, les français avaient des difficultés à faire un choix au second tour des élections : il n’y avait plus de candidat centriste mais uniquement une candidate à gauche et un candidat à droite. Comme des amis m’ont dit : « ni l’un ni l’autre n’est bon pour la France, on a peur et on verra ». on m’a dit aussi qu’il y aurait dû y avoir un orage ce jour-là… tout un symbole !
J’ai décidé de regarder les résultats à la télé. J’ai d’abord pensé qu’il y aurait beaucoup de gens pour discuter dans la salle de la CCAS mais quand je suis arrivée la salle était à moitié vide et j’ai été très étonnée. Puis des personnes sont arrivées et nous ont demandé de quitter la salle car elles voulaient regarder le match de foot à la télé.
Le jour suivant il n’y avait plus de discussions ni de plaisanteries sur la politique . Nicolas Sarkozy avait gagné !


IVAN P.

Avant mon arrivée en Corse, j’ai eu seulement deux sources d’information : la biographie de Napoléon1er et le film « L’enquête corse » avec Jean Reno. La biographie de Napoléon n’a pas forgé de stéréotypes dans mon esprit mais le film, oui.. Quand je parle de la corse, j’entends par là les hommes, la culture, la mentalité et les traditions corses.
J’ai alors perçu les corses comme des gens très indépendants, qui respectent les traditions et qui sont très musiciens.
Avant mon arrivée en corse on m’avait convaincu que les corses et la culture corse avaient subi une grande influence de la culture française. Maintenant, je pense que la Corse a été beaucoup plus influencée par l’Italie : La cuisine, la musique, le physique des corses et beaucoup d’autres choses encore. C’est mon image de la corse aujourd’hui.
Je m’intéresse à l’histoire de la Corse. Il est passionnant de connaître les pays et les cultures qui l’ont influencée. L’aspect le plus intéressant, à mon avis, c’est l’âme de la corse d’aujourd’hui. La musique locale, les traditions, la mentalité spécifique, c’est cela qui me séduit le plus.
C’est bien que les corses aient conservé leur âme dans leur musique. Je ne connais pas la vie quotidienne des corses. Ont-ils conservé leurs traditions ? je crois que la personnalité du peuple ou de la nation ne disparaîtra jamais, si elle est sauvegardée par les hommes, par exemple en musique. C’est pourquoi je pense que l’esprit corse survivra et conservera sa spécificité par rapport aux autres cultures.



KIRA D.

Avant mon voyage en corse, je ne savais pas grand’chose sur cette île. Je savais qu’Ajaccio était la ville natale de Napoléon, j’avais entendu parler des attentats commis par les autonomistes. On m’avait aussi recommandé les crèmes glacées excellentes. et bien sûr, j’avais entendu parler des descendants d’émigrés russes installés sur l’île.
pendant mon séjour en Corse j’ai beaucoup appris sur son histoire et son administration. J’ai fait aussi connaissance avec des corses et des continentaux qui habitent « l’île de beauté ». j’ai été étonnée par la richesse de son histoire et par le fait que les différents envahisseurs ont laissé des traces dans la culture et la mentalité des gens. J’ai beaucoup aimé la ville d’Ajaccio, une vraie ville européenne qui a aussi des caractères italiens et français. Les corses m’ont semblé très, très amicaux. Ils ont un caractère très spécifique. Et bien sûr, l’île est d’une beauté magnifique.
Il n’y a pas de doute, la corse est une région particulière de la France. Cela se manifeste dans sa géographie, son statut administratif, son histoire et ses relations avec la France.
D’abord, il faut souligner que la Corse, qui dépend de la France dans plusieurs domaines, a des pouvoirs exceptionnels en comparaison avec les autes régions. Elle a plus d’autonomie à cause de son isolement.
Par ailleurs, tout au long de son histoire, cette île a eu la chance d’appartenir à différents pays. Ainsi, elle a subi l’influence des différentes dominations, surtout celle des Gênois
On peut remarquer cette influence de la culture italienne dans la cuisine et la langue corse. Les relations entre les corses d’origine et les continentaux sont difficiles, justement à cause de cette différence de culture.
Pendant mon séjour, j’ai appris que les corses n’aiment pas beaucoup voyager, il y en a même qui n’ont jamais quitté leur village. ensuite, la famille est très importante pour les corses et la mère en est le personnage principal. Les hommes respectent beaucoup leur mère et elles ont un rôle important. Les corses sont très fiers de leur histoire, de leurs origines et ils se sentent supérieurs aux français.



LILI B.

Avant d’y venir, je pensais que la Corse ressemblait beaucoup à la Sardaigne et à la Sicile parce qu’elles sont proches les unes des autres dans la Méditerrannée. De même, les vedettes internationales achètent des villas dans toute l’île. C’était l’image que j’avais de la Corse avant d’y venir.
Maintenant, je vois que la Corse est vraiment « l’île de beauté ». On est frappé par sa nature splendide, la douceur de son climat et la chaleur de ses habitants.
En Corse, j’ai été impressionnée par la diversité de la nature. C’est vraiment une île verte. On peut y trouver des aloès, le maquis qui est une formation végétale typique de la Corse et même des eucalyptus qui ont été introduits en Corse. On peut sentir partout leur parfum agréable.
Les paysages sont vraiment magnifiques. La mer Méditerrannée frappe par sa pureté et sa belle couleur bleu azur. On est attiré par le sable blanc des plages sur lequel il y a des fleurs et on est charmé par les routes sinueuses des montagnes. Même la végétation y est riche. Les montagnes, couvertes nuages donnent l’impression de plonger dans la mer. Les sommets se fondent dans les nuages et le bleu du ciel se perd dans la mer.
C’est formidable !


MACHA P.

Avant de venir en Corse, je pensais que c’était une petite île aride en méditerrannée comme la Sicile ou Malte.
Mais le jour où je suis arrivée, j’ai changé d’avis. J’ai été tès étonnée et impressionnée par la nature de la Corse.
A mon avis, c’est la nature qui attire en Corse les touristes du monde entier. Comme le climat y est très doux, on peut nager même en hiver. Mais, en même temps, la Corse n’est pas une île très sèche comme, par exemple, la sicile, la Sardaigne ou Malte. Toutes les montagnes, très pittoresques, sont recouvertes d’une végétation très variée. Des citronniers et des pins donnent un parfum très particulier à l’air. La diversité des plantes est à l’origine de produits originaux , par exemple : l’huile d’olive ou la liqueur de myrthe qui sont renommées dans le monde entier. La couleur verte des montagnes se marie très bien avec la couleur azur de la mer et le bleu du ciel. En outre, on peut ajouter la couleur or du sable et le blanc des nuages qui cachent parfois le soleil et voilà la palette des couleurs de la corse.
C’est grâce à sa nature qu’on appelle la corse « l’île de beauté ». je suis absolument d’accord avec cela.


MSTISLAV M.

Avant mon arrivée en Corse je pensais que c’était une région liée à la France par la culture, l’histoire et la langue car en russie, nous n’avons pas beaucoup d’informations à ce sujet Je savais seulement que la corse était l’endroit où Napoléon était né.
Mais grâce à notre voyage mon avis a changé. Je pense que la Corse est une région géographique de la France. Mais par d’autres aspects la Corse est unique. Je m’intéresse beaucoup à l’histoire. Et dans l’histoire de la Corse, c’est la période de la Résistance qui m’a le plus intéressé.

OLEG S.

Quand j’ai dit à mes amis que j’allais en Corse ils ont été tous très étonnés. Pour les russes, , c’est une destination touristique qui n’est pas très connue. La plupart du temps, ils vont en Turquie, en Egypte, en Italie, en Espagne ou dans d’autres endroits mais pas en Corse !
Peut-être est-ce parce qu’il n’y a pas de vol direct entre Moscou et la Corse.
Quand je suis arrivé en Corse j’ai été très étonné par ses paysages pittoresques et l’hospitalité de ses habitants.
Il y a , en Corse, presque toutes les zones climatiques selon l’altitude. Il est même possible de skier le matin et se baigner l’après-midi ; c’est vraiment exceptionnel.
Pendant notre séjour, j’ai appris beaucoup de détails intéressants sur l’histoire et la culture corses. Mais il y a une chose que j’ai vraiment beaucoup admirée, c’est l’amour des corses pour leur emblême. Je l’ai vu pour la première fois dans l’avion, sur un petit biscuit. Puis, quand nous sommes arrivés, j’ai commencé à le remarquer partout : la tête de maure avec un bandeau sur le front et noué derrière la tête. On la voit dans les vitrines des magasins, sur tous les souvenirs, sur les voitures et même sur l’emballage papier des petits morceaux de sucre
Je pense que c’est vraiment bien et que tout le monde pourrait suivre l’exemple de la Corse, ainsi les gens deviendraient de véritables patriotes qui aiment et admirent leur patrie.



POLINA S.

Avant mon arrivée en Corse, je croyais que c’était une île comme Malte, avec beaucoup de rochers et de palmiers. Bien sûr je savais que c’était une région de France mais quand je suis arrivée, j’ai compris que je m’étais trompée. Evidemment, politiquement, c’est une région de la France mais, si j’ai bien compris, les corses ne veulent pas faire partie de ce pays. Pour les habitants de la Corse, il s’agit d’un pays différent.
De plus, je me suis trompée en ce qui concerne la nature. Il n’y a pas seulement des palmiers et des rochers. Il y a aussi des forêts avec différents types d’arbres, des plages de sable, des plages de galets, des cascades et des montagnes enneigées. En Corse vous pouvez faire tous les types de tourisme : on peut skier ou bien se baigner dans la mer et bronzer sur les plages. Les gens peuvent aussi faire du camping et admirer la nature très belle de la Corse.
Si on veut passer des vacances confortables, on peut aller dans un hôtel de luxe ou une résidence de vacances ; ça coûte cher mais cela en vaut la peine.
Si vous ne savez pas ce que vous pouvez faire en Corse, sachez qu’il y a beaucoup d’activités touristiques pour vous permettre de passer de bons moments.


VALERIA K.

La Corse est une île et, comme toutes les îles, je l’imaginais comme un paradis terrestre. Je savais que cette belle île appartenait à la France grâce à l’histoire de Napoléon Bonaparte. La Corse m’a toujours semblé être une île très belle et exotique avec beaucoup de tours fortifiées.
Après mon arrivée, j’ai fortement changé d’idée sur plusieurs plusieurs choses. Tout d’abord, en voyant cette île depuis l’avion, j’ai été impressionnée par la nature car l’île m’est apparue très verdoyante avec des montagnes assez hautes. Comme j’aime bien les paysages montagneux, cela me plaît d’observer les paysages pittoresques avec des sommets enneigés et des côtes bordées par la mer. C’est très agréable. C’est surtout la variété de la nature qui m’a frappée. Il y a des plantes exotiques et aussi des plantes qui poussent dans ma région. C’est pourquoi ce séjour m’a fait penser à mon enfance. Puis cela m’a amusée d’apprendre qu’il y a des sangliers ; j’ai vu aussi des écureuils…
J’avais de la corse une image d’île tropicale. Donc, j’ai été très étonnée par le temps pluvieux ; il a fallu attendre le retour du soleil.
J’ai été très intéressée par le tourisme en Corse, en particulier par les liaisons avec la Russie. J’ai appris qu’un vol charter saisonnier direct Moscou-Ajaccio est ouvert depuis un an. Je pense que cela développera encore davantage le tourisme entre la Russie et la Corse.
Il n’y a pas beaucoup de touristes russes ici mais il y a des français d’origine russe qui sont mariés avec des français et qui vivent maintenant en Corse. Selon Monsieur Maïboroda, il y a des russes diplômés de l’Université de Corse qui travaillent maintenant dans le tourisme. J’espère que le tourisme entre la Russie et la Corse continuera à se développer dans le futur grâce à eux.





 

jean maiboroda