LE COSAQUE DE L'AMOUR ( Agafia - AGORAVOX)

Samedi 17 Août 2019

LE COSAQUE DE L'AMOUR ( Agafia - AGORAVOX)
AGORA  VOX

Le Cosaque de l’Amour
par Agafia  
Arrière petite fille de Cosaque Djiguite...
samedi 17 août 2019
 
 
Il est des aventures que l'on se transmet de génération en génération, et que l'on finit par oublier, nos mémoires rongées par l'érosion du temps. Dans ma famille, l'histoire vraie du Cosaque de L'Amour se racontait lors des veillées, ou bien pour endormir les enfants... Je ne l'ai jamais oubliée... La voici...

En 1888, à Lubny, une petite ville de garnison à moins de deux cent verstes de Kiev, après les manœuvres d'automne, on s'ennuyait ferme au sein du 26e régiment de Dragons, alors on comblait l'ennui par de longues discussions. Quand Michka Asseev, un jeune sous-lieutenant, cornette d'un détachement de chasseurs, déclara tranquillement lors d'un dîner bien arrosé qu'il irait à cheval de Lubny à Paris, tous ses compagnons éclatèrent de rire. Ils eurent tort de se moquer. Asseev tint promesse. A l'aube du 16 avril 1889, il quitta sa garnison avec ses deux braves juments, Diane et Vlaga... 33 jours plus tard, le 19 mai, le trio entra dans Paris à 14 heures, après avoir parcouru 2 475 verstes (2 633 km). Près de 80 km par jour en moyenne ! Beaucoup plus si l'on décompte les journées perdues en formalités administratives diverses et complexes à chacune des nombreuses frontières rencontrées.
Face à la tour Eiffel à peine achevée et en pleine Exposition Universelle, Michka goûta son exploit, célébré par tous et par l'Empereur lui-même, Alexandre III, qui le fera nommer dans sa Garde Impériale, au sein d'un régiment de uhlans.
L'exploit était beau et prouvait l'efficacité de l'équitation « à la turkmène ». Partant du principe que ce ne sont pas les kilomètres qui fatiguent le cheval mais les kilogrammes, on charge la totalité du poids, cavalier, harnachement, et bagages, sur un seul cheval, tandis que l'autre « de réserve », entièrement nu, hormis le licol, se repose en marchant. L'alternance permet de disposer d'un cheval frais et ainsi d'allonger les étapes.
Cette prodigieuse aventure fit le tour du vaste Empire, jusqu'à ses confins les plus reculés, jusqu'au fin fond de la Sibérie, jusqu'aux rives du fleuve Amour séparant la Russie de la Chine.
Là-bas aussi, à Blagovechtchensk, on commenta l'exploit d'Asseev et dans cette grosse bourgade si loin de Saint-Petersbourg, un homme à la Foi profonde et à l'âme rêveuse décida qu'il pouvait faire mieux. Il se nommait Dmitri Nikolaïevitch Pechkov et il était Cosaque.
Depuis longtemps déjà, le pouvoir impérial avait renoncé à soumettre les « Qazaqi », littéralement les « Hommes Libres », ces troupes irrégulières qui hantaient les territoires de l'Est et du Sud, à l'époque où les frontières de la Moscovie étaient encore mal définies. Autrefois turbulents, ils s'étaient à présent assagis, et se posaient en farouches défenseurs de l'Empire et de la Sainte Russie. Soumis de leur plein gré à l'autorité du Tzar, ces pirates de la steppe assuraient la sécurité des frontières de l'Empire, installés dans leur stanitza*, sous l'autorité de l'Ataman*.
Et entre deux prières, Dima Pechkov rêva... Lui, le sotnik* de trente ans, si timide, si effacé, que la nature n'avait doté ni d'un physique gracieux, ni d'un charisme flamboyant, lui le petit Cosaque de l'Amour migraineux, du fin fond de sa Sibérie natale, décida qu'il traverserait toute la Sainte Russie, de Blagovechtchensk à Saint Petersbourg, d'une seule traite, et avec un seul cheval !
Et quel cheval !
Loin du fringuant coursier, son petit cheval d'armes ressemblait à un gros poney, issu de la race rustique locale. Certainement d'ascendance Mandchoue, ces petits chevaux typique des rives de l'Amour étaient appelés les Amourski. Solides, endurants, habitués au climat extrême sibérien, ils étaient parfaitement adaptés à cette nature sauvage et grandiose.
Né treize ans auparavant à la stanitza de Konstantinovskaïa, chez le cosaque Ivan Mylnikov, on l'appelait Sery (Le Gris) à cause de sa robe. Par cette habitude toute russe de donner un diminutif affectueux à chaque prénom, Dmitri l'appelait Serok ou Serko. Cinq ans auparavant, il l'avait acheté à un collègue d'une stanitza voisine, pour le prix très raisonnable de 150 roubles. Le chanfrein busqué, l'encolure courte et épaisse, les ganaches lourdes, Serko, tout comme son cavalier, ne payait pas de mine. S'il manquait d'élégance, il ne manquait pas de courage, d'une endurance et d'une résistance à toute épreuve, témoignant d'un caractère doux, et offrant un trot confortable. Increvable le brave petit cheval de l'Amour ! Alors Dima, porté tout autant par sa Foi en Dieu que par sa confiance en son cheval, était persuadé que tous les deux feraient bien mieux qu'Assaeev et ses deux grandes juments.
Il alla trouver son supérieur afin de lui faire part de son extraordinaire projet. Le colonel Vinnikov accueillit cette idée avec beaucoup de bienveillance et d'intérêt. Tous deux passèrent des heures, le nez penché sur des cartes et des ouvrages de référence pour étudier et établir un itinéraire qui prenait en compte toutes les particularités des contrées à traverser, et de la rigueur de l'hiver. Le colonel, en plus de son soutien et de son assistance, lui offrit une culotte de cheval, un bachlyk* oriental, ainsi qu'une toque de fourrure. Puis le sotnik déposa une demande de congé de six mois et reçut une attestation informant de l'exploit que le porteur réalisait avec l'accord de ses supérieurs et détaillant le signalement du cheval. Son certificat en poche, Dima alla se présenter à l'Ataman, le Général-Major Benevski, et l'informa de son voyage. Pour peu que ce voyage ne revêtit aucun caractère officiel, l'Ataman lui exprima toute sa sympathie et son approbation.
C'est ainsi que le 7 novembre 1889, aux alentours de midi, dans l'appartement du sotnik Dmitri Nikolaïevitch Pechkov, se rassemblèrent pour une réunion fraternelle d'adieu tous ses camarades officiers et soldats, et toutes ses connaissances civiles. Le matin-même, après un Te Deum en l'église Saint-Nicolas, et une bénédiction par l'archiprêtre, Dima avait fait ses adieux au colonel Vinnikov. Des adieux chaleureux et sincères non exempts de larmes de la part de ce commandant à la sollicitude toute paternelle.
Enfin, monté sur Serko, il quitta Blagovechtchensk pour un périple de 8 436 verstes ( 9 000 km).
Cavalier et bagage représentait une charge de 82 kilos. Au pommeau de la selle cosaque étaient suspendues deux sacoches de toile contenant une mailloche, une étrille, une brosse, des clous à ferrer, une alêne, des aiguilles et du fil. Le coussin de la selle recelait deux rechanges, la papakha* de l'uniforme cosaque, une culotte de cheval, des épaulettes, un ceinturon, des bas chauds en fourrure de lynx. Au troussequin était fixée la mallette réglementaire en toile contenant un jeu de fers en acier, un nécessaire de maréchalerie, des sangles de rechange, une trousse à pharmacie et des bottes d'uniforme.
Dima portait des bas en fourrure de loup, des ounty* en chèvre, une culotte d'uniforme en peau de mouton, une veste ouatée en soie japonaise, une tunique d'uniforme et une pelisse courte en fourrure de mouton avec épaulettes et boutons réglementaires. Il avait protégé ses mains par des gants d'angora sous de grosses moufles iakoutes en fourrure d'écureuil doublées de renard. Il portait un bonnet de laine tricoté qu'on appelait « bonnet de prisonnier » couvert par une ouchenka* en renard doublée de petit-gris et par dessus, il était coiffé du bachlyk asiatique protégeant sa tête, son cou et ses épaules.
Pour sa protection, il était armé du sabre cosaque, d'un petit révolver Smith&Wesson, rangé dans un étui fixé au large ceinturon, ainsi que d'un poignard.
Dans un sac porté en bandoulière, il conservait ses papiers et tous les objets de première nécessité. Et, enroulée sur l'épaule, la nagaïka* sans laquelle un Cosaque ne serait pas un Cosaque.
9 000 kilomètres sans changer de monture ? 9 000 kilomètres avec le même cheval ? Ridicule ! Insensé ! Se seraient exclamés les sceptiques.
Non seulement, Dima et Serko parviendront à Saint-Petersbourg, mais ils feront le voyage en moins de 200 jours !
Le 19 mai 1890, après avoir franchi la taïga et les steppes, l'Ienniseï, l'Ob, l'Oural, la Volga, après avoir traversé l'Empire de part en part, d'Asie en Europe, triomphé du froid, de la glace, supporté mille épreuves et reçu mille accueils, ils pénétrèrent dans Saint-Petersbourg en pleine forme.
8 838 kilomètre en 193 jours, dont 154 de marche, car le sotnik tombé malade à Irkoutsk dut rester alité deux semaines et c'est au lit, seul et faible qu'il passa le réveillon du Nouvel An.
Une moyenne de 60 kilomètres par jour durant 6 mois d'affilée... Certainement le raid équestre le plus extraordinaire de tous les temps. La performance relève presque du miracle... Serait-ce la Foi profonde du Cosaque qui l'aura porté verste après verste ? Car Dmitri ne refusa jamais une bénédiction et ne passa jamais devant une église sans aller y prier. Jamais il ne manquait de faire ses dévotions quand il trouvait un prêtre, une église, ou même une simple icône sur sa longue route.
D'ailleurs, quand l'entourage impérial lui demanda ce qu'il désirait en récompense à son exploit, son seul désir fut de pouvoir se rendre à Jérusalem afin de vénérer le Saint-Sépulcre. On lui accorda bien volontiers et on lui consentit un nouveau congé de six mois pour faire son pèlerinage. Le 22 juin, il partait en Palestine.
A son retour au pays, le sotnik Dmitri Nikolaïevich Pechkov intégra l'école des officiers de cavalerie de Saint-Petersbourg.
Quant à Serko, l'autre héros, le double, la moitié de son sang, celui qui fut le compagnon de route, fiable et fidèle, supportant les mauvais chemins, la pluie, la glace, la neige, et les tempêtes, le vent glacial, la boue, la chaleur, les chutes, les blessures, le lampas, et parfois les écuries médiocres ou la mauvaise avoine, mais toujours sous le regard bienveillant et soucieux de son cavalier pour qui l'adage : « Qui veut aller loin ménage sa monture. » n'aura jamais été aussi essentiel, Serko, fut donné au Tzarévitch, le futur Nicolas II alors âgé de vingt-deux ans, lors d'une cérémonie qui se tint le 8 juin à Tsarskoïe Selo au cercle des officiers des hussards de la Garde.
Depuis 1827, le Prince héritier portait également le titre d'Ataman de tous les Cosaques. Il invita le sotnik au dîner qui eut lieu au cercle des officiers, en présence de Son Altesse Impériale. Grand honneur pour le simple cosaque de l'Amour !
Au valeureux petit cheval gris, on offrit une retraite paisible et confortable dans les écuries personnelles du futur Nicolas II.
Lors de fouilles récentes dans la magnifique nécropole équine de Tsarskoïe Selo créée par le Tzar Nicolas Ier en 1831, et malheureusement abandonnée depuis la Révolution, des fragments de la pierre tombale de Serko ont été retrouvées et nous apprennent qu'il est mort le 29 avril 1914. Le petit cheval gris de l'Amour a survécu encore 24 années à son exploit... Il s'est éteint à l'âge de 37 ans !
 
Pour découvrir le périple de Dima et Serko dans les détails, suivre leurs aventures au jour le jour, durant les 154 étapes de ce raid prodigieux, (durée du parcours et verstes parcourues pour chacune d'elles) je ne peux que vous conseiller le journal de Pechkov qui a tenu consciencieusement son journal de route. La météo, l'état des chemins, les rencontres, les accueils qu'on lui réserve, les mésaventures, sa découverte des rails de chemin de fer et du train qu'il n'avait jamais vu, tous les petits aléas de son voyage y sont consignés.
 
JOURNAL DE VOYAGE
De Blagovechtchensk à Saint-Petersbourg
au jour le jour, du 7 novembre 1889 au 19 mai 1890
à cheval sur le « Gris »
par
Dmitri Nikolaïevitch Pechkov
 
* * *
Stanitza : Village cosaque
Ataman  : Chef cosaque
Sotnik : Officier commandant une sotnia (une centurie de cosaques)
Bachlyk : Capuchon
Papakha  : Toque en peau de mouton
Ounty : Bottes sibériennes
Ouchenka : Toque avec oreillettes (ce qu'on appelle communément et avec erreur une chapka)
Nagaïka : Fouet typique du Cosaque
Lampas : Inflammation du palais chez un cheval provoquant une tuméfaction en arrière des incisives dont l'épaisseur dépasse la table dentaire. Autrefois, on le soignait par saignée ou cautérisations.


 
_________________________________________________


 
 



Voici le récit  fait par Agafia, de la destinée de son arrière-grand-père, cosaque djiguite. Nous complèterons son récit par un article consacré à la djiguitovka tiré de  http://www.cosaques.com/  ( en  LIEN sur notre site)

 
Mes arrière-grands parents ont quitté la Russie en 1921, quand tout était perdu... Question de vie ou de mort. Mon arrière-grand père Gavriil était l’un de ces authentiques et turbulents Cosaques qui auront combattu jusqu’à la dernière extrémité. S’il n’avait eu la charge de 12 enfants (hé oui !! et deux autres naîtront en France...) je pense qu’il se serait battu jusqu’à son dernier souffle. Il a toujours regretté de n’être pas mort au combat...
Quitter la Russie et abandonner son cheval a été pour lui un véritable arrachement et il ne s’en est  jamais remis. Il a traîné jusqu’à sa mort une foutue dépression qu’il noyait dans l’alcool, le jeu, et les discussions sans fin avec d’autres exilés russes. Ce n’était pas un mauvais bougre mon aïeul, il était seulement malheureux. Il espérait un hypothétique retour. Son pays lui manquait.
Pendant quelque temps, il a fait partie de cette troupe de Cosaques qui donnaient des spectacles de Djiguitovka... Il existe quelques films sur You tube montrant leurs exhibitions... Mais il a vite laissé tomber car pour lui la Djiguitovka était un art de guerre et pas un spectacle de cirque...
A Paris, il a fréquenté Nestor Makhno qui crevait de faim dans des taudis et devait bosser à l’usine malgré de graves séquelles dues à ses blessures, et Gavriil l’a aidé dans la mesure de ses moyens. Il avait une certaine admiration pour Makhno et comprenait plus son combat que celui des Bolchéviques...
J’aurais adoré le connaître mon aïeul... J’ai une photo de lui à cheval, prise durant la première guerre mondiale, il est magnifique...
Quant à l’arrière-grand-mère, c’était un roc... Elle a tout pris en charge et a tout fait pour que ses enfants puissent s’intégrer en France. Elle a commencé par franciser leurs prénoms et elle s’est décarcassée pour leur offrir une vie correcte. Elle a aussi élevé sa petite fille, ma mère... Contrairement à son homme, elle a vite compris qu’il n’y aurait probablement aucun retour vers la Russie et elle en a pris son parti. Elle n’a pas toujours eu la vie facile avec ses quatorze gamins mais elle était admirable de courage.
Eux, ils ont sauvé leur peau. Mais d’autres membres de la famille, des frères de Gavriil, n’ont pas eu cette chance et,  traqués par la Tcheka, ont fini aux Solovki, le premier camp, prélude à ceux du Goulag, ou fusillés... Disparus...

Agafia
article AGORAVOX
samedi 17 août 2019


 

_________________________________________________
 


 
 

 

http://www.cosaques.com/Djiguites.html


 
La djiguitovka

Au départ de la djiguitovka, il y a les djiguites, des cavaliers exceptionnels qui se distinguaient des autres par leur virtuosité et qui ont été si bien décrits par Joseph Kessel. Cet art équestre, preuve de virilité chez les peuples du Caucase, était une façon d’exhiber sa force et son agilité tout en s’entraînant et en aiguisant les capacités de son cheval. La djiguitovka était une épreuve de bravoure, d’habileté, de sang-froid, qui, à travers des exercices de haute voltige, consistait à sauter et descendre de cheval sans selle, de franchir des obstacles dans des positions acrobatiques ou d’attraper un mouchoir au vol posé à même le sol. Au combat, cette maestria devenait un art guerrier, une façon d’impressionner l’ennemi, de le surprendre et de le narguer en lui montrant ce dont un Cosaque était capable à cheval.
       
  D’abord pratiquée par les Cosaques du Terek et du Kouban, la djiguitovka se répandit dans les régiments du Don, puis fut adoptée par toutes les armées cosaques. Elle était dispensée à tous les hommes, et tous, sans exception et dans la mesure de leurs moyens respectifs, devaient s’astreindre à des entraînements réguliers.
       
Ces épreuves, à mi-chemin entre les entraînements militaires et les jeux d’habileté, devinrent des compétitions entre cavaliers et les Cosaques instaurèrent des joutes, durant lesquelles les djiguites s’affrontaient, se lançaient des défis et rivalisaient d’adresse. Issus du combat, leurs exercices se compliquèrent pour les besoins du spectacle, et l’on corsa volontairement la compétition en limitant la longueur des pistes et en multipliant les acrobaties.
Les exercices suivants étaient les plus classiques et tous devaient s’exécuter au grand galop:
  • - Sauter à terre et remonter sur le cheval en alternance, avec ou sans selle.
    - Ramasser de menus objets posés à terre, en prenant garde à ne pas faire chuter le cheval par des mouvements trop brusques et tout en ne se baissant qu’à l’ultime seconde.
    - Porter un coup de sabre ou lancer son javelot dans une cible en sautant un obstacle.
    - Lancer son javelot dans une cible.
    - Emporter un homme au passage, qui se mettra en croupe en s’aidant de l’étrier.
    - Ramasser un blessé et le mettre en selle, tout en prenant place soi-même en croupe.
    - Arrêter brusquement son cheval et le faire se coucher.
    - Se mettre debout sur la selle et faire usage de ses armes tout en dirigeant le cheval d’une main.
    - Se retourner sur la selle face à l’arrière et se servir de ses armes.
    - Tenir en équilibre la tête en bas et les pieds en l’air sur l’encolure du cheval.
    - Se tenir à deux sur le même cheval, l’un tenant l’autre sur les épaules, lequel manie ses armes.
    - Mener deux ou trois chevaux de front et passer de l’un à l’autre au galop.
Après la révolution et la guerre civile qui s’ensuivit, lorsque les Cosaques prirent la route de l’exil, la djiguitovka devint pour certains d’entre eux l’unique moyen de gagner leur vie. Car la plupart, bien-sûr, ne savaient rien faire d’autre que la guerre et monter à cheval. Et le coup de chance, dans cette existence vouée à la misère, fut que rapidement Paris s’enticha de ces Russes exilés, de ces Slaves au caractère brûlant et extrémiste qui apportaient la touche exotique qu’il fallait pour embraser les nuits parisiennes.
Dès lors, les cafés et les boîtes de nuit devinrent les lieux à la mode, vibrant sous les voix tsiganes et les cris sauvages des danseurs de lezguinka. Et les plus beaux, les plus fous, les plus brillants de ces Russes désespérés furent les Cosaques. C’est ainsi qu’un jour de 1925, l’ex-ataman Vassili Pakhomoff présenta le premier spectacle équestre avec l’élite des cavaliers russes, devenus célèbres dans le monde entier depuis la défaite de Napoléon.
Soir après soir, les djiguites enflammèrent l’imagination du public parisien et les spectacles se jouèrent tous à guichets fermés. C’est là que l’on vit pour la première fois des cavaliers assez fous pour passer sous le ventre de leurs chevaux et sous leur encolure au grand galop, des pyramides à plusieurs étages et des charges effectuées la tête en bas et les pieds au ciel.
       
S’ensuivirent des tournées européennes, puis mondiales, et finalement le cinéma, avec le doublage des scènes équestres dans les films adaptés des livres de Kessel. Par la suite, les propres fils du chef cosaque prirent le relais, et parmi eux Pierre Pakhomoff (ci-contre et ci-dessus), formé dès son plus jeune âge à la prestigieuse discipline de ses ancêtres, et qui sut admirablement rendre témoignage de cette Profession cosaque dans un livre riche en anecdotes et en émotion.  
       
Avec lui, devenu «Cosaque de métier», comme il se définit, on comprend le caractère unique de cette discipline, trop souvent caricaturée aujourd’hui par de pseudo-cavaliers prétentieux.
       
Car au fil des ans, faute de vrais pratiquants, la djiguitovka s’est vidée de sa substance. Son essence s’est diluée dans une voltige équestre qui n’est plus que l’ombre de ce qu’elle était. Même en Russie, où les descendants des Cosaques tentent de la faire revivre, elle a perdu toute consistance. En Occident, c’est pire encore, où d’obscurs cavaliers d’opérette, des cow-boys de banlieue affublés de toques de mouton et vêtus de pseudo-parures cosaques, plagient lamentablement ces nobles guerriers, poussant parfois plus loin encore l’imposture en affirmant d’aberrantes contre-vérités sur la djiguitovka.

Mais c’est oublier que la virtuosité djiguite se mérite à coup de sacrifices et d’obstination et ne s’offre pas au premier venu. L’art équestre des Cosaques est ainsi à mille lieues de spectacles comme la Bataille du donjon, au Puy-du-Fou, ou les représentations de Bartabas, grand-maître autoproclamé des écuries de Versailles, et qui tous proposent régulièrement des exercices de voltige empruntés aux Cosaques et qui sont les parfaits exemples du pâle résultat que parviennent à obtenir ceux qui singent la djiguitovka devant un public sans référence…

 
       
La djiguitovka, héritage de plusieurs siècles de traditions, ne s’acquiert pas comme une simple technique mais possède une âme. Elle est une danse du corps et de l’esprit, une chorégraphie imprégnée des libertés cosaques et du vent de la steppe, une dimension particulière née de la communion entre l’homme et son cheval. Comme les Cosaques en tant que peuple, les djiguites se sont fondus dans l’histoire et seules quelques traces éparses nous rappellent leur mémoire.