Les orthodoxes de Corse célèbrent Pâques autrement ( article Corse Matin)

Mercredi 1 Mai 2019

Les orthodoxes de Corse célèbrent Pâques autrement ( article Corse Matin)
 
CorseMatin.com

 
Les orthodoxes de Corse célèbrent Pâques autrement

Par Pierre-Philippe Lecoeur--28 avril 2019
Corse--Société
 
           
Dans l'église de l'Immaculée conception, rue Napoléon à Bastia, les fidèles orthodoxes affluent peu à peu pour le Vendredi saint. Fête considérée comme la plus importante dans le calendrier religieux chrétien, elle l'est d'autant plus chez les orthodoxes.
Ici, pas de pénitent ou de catenacciu, les célébrations se font dans l'église. En amont de la cérémonie, le prêtre Corneille confesse nombre de fidèles venus demander le pardon. La cérémonie débute sous les coups de 19 heures.
Les prières et chants se font en langue roumaine, car la grande majorité des chrétiens orthodoxes d'Europe occidentale sont issus de la Roumanie. Et certains viennent de loin comme le confie Ancuta, jeune fidèle de la paroisse. "C'est une fête extrêmement importante pour les croyants. Les célébrations ne se font qu'à Bastia et beaucoup viennent de Balagne voire d'Ajaccio afin de participer à la messe."
Pendant que les croyants chantent les louanges du Seigneur, le prêtre Corneille traverse l'église avec de l'encens. Parmi les fidèles se trouve Jacques Colonna. Son incompréhension de la langue roumaine ne le décourage pas pour autant. Il assiste chaque semaine à la messe, ou plutôt la "liturgie" comme il aime le rappeler.
Cet ancien catholique a découvert la religion orthodoxe après avoir vécu plusieurs années en Russie. "En réalité, les célébrations orthodoxes font moins appel aux sentiments que les célébrations catholiques. Surtout dans le catholicisme latin. Elles ne sont pas aussi démonstratives, comme peut l'être le catenacciu par exemple", explique-t-il. Kéfié sur les épaules, grand connaisseur de la foi, c'est à la suite de ses études en théologie catholique que l'homme d'une soixantaine d'années est devenu orthodoxe.
Le prêtre Corneille dicte la messe sous l'Epitaphios, grand voile sacré aux yeux des orthodoxes.
Tandis que le soleil se couche, les célébrations continuent. Dans l'assistance, beaucoup sont âgés de la vingtaine. Et chacun répète à la lettre les sermons du prêtre. "Normalement, les femmes et les hommes ne doivent pas répéter les sermons ensemble. Ils doivent alterner chacun leur tour, mais nous ne sommes pas assez nombreux alors on s'adapte", explique Jacques Colonna.
Vient alors le moment le plus important de la soirée, alors que les lumières de l'église s'éteignent une à une.
Devant les quatre icônes, représentant Jésus-Christ, la Vierge Marie, saint Grégoire et saint Filofteia, un voile sacré, l'Epitaphios, contenant des reliques est dressé sur une table. Le prêtre Corneille passe alors en dessous. Un à un, les fidèles le suivent. "C'est le passage le plus important de la soirée, précise Jacques Colonna. Le prêtre et les fidèles effectuent un passage symbolique. Cela signifie que les fidèles descendent accompagner Jésus dans son tombeau, puis ils ressortent à l'autre bout de la table, ce qui signifie la résurrection. Ils "meurent et "renaissent" avec le Christ." Jusqu'au bout des célébrations, les fidèles se succèdent sous la table.
Les lumières se rallument peu à peu et la cérémonie prend fin.
Bien que peu nombreux, les jeunes membres de la communauté orthodoxe de Corse font preuve malgré tout d'une foi inébranlable.