PARUTIONS RELATIVES A LA RUSSIE ET L'UKRAINE

Vendredi 16 Septembre 2016

LE MARTYRE DE KIEV

cf. http://editions-vendemiaire.com/catalogue/collection-chroniques/le-martyre-de-kiev/
 
COLLECTION CHRONIQUES
Le Martyre de Kiev
Thomas CHOPARD
 
« Grande et terrible avait été la mille neuf cent dix-huitième année après la naissance du Christ, mais la suivante, 1919, fut pire encore. »
Mikhaïl Boulgakov
Kiev, février 1919. L’Armée Rouge pénètre la ville, fermement décidée à reprendre l’Ukraine aux nationalistes tandis que les forces blanches, partisanes d’une Russie indivisible, se préparent elles aussi au combat.
C’est le début d’un déchaînement de violences sans fin : de nouvelles institutions font leur apparition, notamment pour encadrer les populations – police politique et camp de concentration s’installent à Kiev – et le paysan ukrainien, ponctionné sans relâche par tous les prétendants au pouvoir, s’insurge contre le bourgeois citadin, l’officier du temps de guerre et le Russe, contre l’envol des prix autant que contre le Juif, accusé de trahison. Entre conflits armés, persécutions antisémites et catastrophe sanitaire, la ville, plongée dans l’horreur de la guerre moderne, perdit en quelques mois près du tiers de sa population et, jusqu’en 1922, connaîtra près d’une vingtaine de gouvernements.
Privilégiant la parole des témoins, l’auteur retrace les affrontements qui firent rage à Kiev en 1919, décrit le quotidien bouleversé de ses habitants, et révèle les tensions sociales qui déchirèrent le pays. Pour mieux démêler les différents fils d’une guerre civile dont les enjeux, multiples, sont encore aujourd’hui loin d’être tous soldés.
 
EDITIONS VENDEMIAIRE
288 pages + 8 pages d’illustration
Parution : janvier 2015


_____________________________________________________
 


LE ROMAN DES RUSSES A PARIS

Tiré de :    http://rusoch.fr/files/2014/09/RUSSES-PARIS.pdf

Les Russes sont particulièrement présents dans l’histoire de Paris qui a toujours représenté pour eux une ville unique.
Interrogez un Parisien - ou n'importe quel Français - sur les Russes à Paris. Il vous répondra pont Alexandre III, cathédrale de la rue Daru, Ballets russes, Chaliapine et Chanel, officiers devenus chauffeurs de taxi, boites de nuit…
Le Roman des Russes à Paris retrace tous ces épisodes d'une histoire d'amour qui dure depuis dix siècles, avec l'arrivée d'Anne de Kiev pour épouser le roi de France.
Cette chronique est l'occasion de découvrir bien d'autres rendez-vous entre les Russes et Paris, de la confrontation entre les révolutionnaires et les espionnes du Tsar à l'expulsion des Russes en Corse pendant la visite de Khrouchtchev, en passant par ce cousin de Tolstoï chargé d'influencer la presse parisienne et le camp soviétique de Beauregard.
Dix siècles de passion et de déceptions, de mystères et de héros en tous genres.
 
Né à Paris de quatre grands-parents Russes blancs, Alexandre Jevakhoff raconte cette histoire d'amour unique sur un ton documenté et malicieux, sans hésiter à faire appel à l'imaginaire et à des clins d'œil personnels.
 
__________


 
Alexandre Jevakhoff est un historien et haut fonctionnaire français. Inspecteur général des finances, il a été un collaborateur de Michèle Alliot-Marie. Ancien élève d’HEC, de Sciences-po, de l’ENA, il est président du Cercle de la marine impériale russe et membre de l’Union de la noblesse russe. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, notamment "Les Russes blancs", paru en 2007 aux éditions Tallandier.


________________________________________________________
 
 
 
 


BEREZINA


"Des fulgurances littéraires sur fond d’histoire et d’autodérision... C’est un grand texte sur la retraite de Russie, Napoléon, l’hiver, l’aventure, l’amitié et "la vie qui ne suffit pas" .
Editions GUERIN. Collection DEMARCHES.


_______________

http://www.babelio.com/livres/Tesson-Berezina/673591

Résumé :

En octobre 1812, littéralement piégé dans Moscou en flammes, Napoléon replie la Grande Armée vers la France. Commence la retraite de Russie, l’une des plus tragiques épopées de l’histoire humaine. La retraite est une course à la mort, une marche des fous, une échappée d’enfer.
Deux cents ans plus tard, je décide de répéter l’itinéraire de l’armée agonisante, de ces cavaliers désarçonnés, de ces fantassins squelettiques, de ces hommes à plumets qui avaient préjugé de l’invincibilité de l’Aigle. Le géographe Cédric Gras, le photographe Thomas Goisque et deux amis russes, Vassili et Vitaly, sont de la partie. Pour l’aventure, nous enfourchons des side-cars soviétiques de marque Oural. Au long de quatre mille kilomètres, en plein hiver, nous allons dérouler le fil de la mémoire entre Moscou et Paris où l’Empereur arrivera le 15 XII 1812, laissant derrière lui son armée en lambeaux.
Le jour, les mains luisantes de cambouis, nous lisons les Mémoires du général de Caulaincourt. Le soir, nous nous assommons de vodka pour éloigner les fantômes.
Napoléon était-il un antéchrist qui précipita l’Europe dans l’abîme ou bien un visionnaire génial dont le seul tort fut de croire qu’il suffisait de vouloir pour triompher et que les contingences se pliaient toujours aux rêves?
Mais très vite, nous devons abandonner ces questions méta- physiques car un cylindre vient de rendre l’âme, la nuit tombe sur la Biélorussie et trois foutus camions polonais sont déjà en travers de la route.


______________________


Nous ne résisterons pas au plaisir de citer cet extrait de l'ouvrage :


 
" [...)  Ô,  nous aimions ces Russes. Chez nous, l'opinion commune les méprisait. La presse les tenait,  au mieux,  pour des brutes à cheveux plats, incapables d'apprécier les mœurs aimables des peuplades du Caucase ou les subtilités de la social- démocratie et, au pire, pour un ramassis de Semi-Asiates aux yeux bleus méritant amplement  la brutalité des satrapes sous le joug desquels ils s'alcoolisaient au cognac arménien pendant que leurs femmes rêvaient de tapiner à Nice.
Ils sortaient de soixante dix ans de joug soviétique. Ils avaient subi dix années d'anarchie eltsinienne. Aujourd'hui, ils se revanchaient du siècle rouge, revenaient à grands pas sur l'échiquier mondial. Ils disaient des choses que nous jugions affreuses : ils étaient fiers de leur histoire, ils se sentaient pousser des idées patriotiques, ils plébiscitaient leur président, souhaitaient résister à l'hégémonie de l'OTAN et opposaient l'idée de l'eurasisme aux effets très sensibles de l'euro-atlantisme. En outre ils ne pensaient pas que la Russie avait vocation à s'impatroniser dans les marches de l'ex-URSS " […]


_____________________________________________________
 

 PARUTIONS RELATIVES A LA RUSSIE ET L'UKRAINE

Tiré de :
http://www.editions-syrtes.fr/fr/02-Catalogue/Titres/173-Ukraine-la-verite-historique/

 

ESSAIS ET DOCUMENTS D'ACTUALITÉ

Alexandre Volkonski

Ukraine, la vérité historique


Traduction du russe
 

Cet ouvrage est remarquable à plus d’un titre. C’est d’abord un rappel concis et documenté des racines historiques de la Russie. Érudit, le prince Volkonski nous fait toucher de près l’unité de cet immense territoire, gouverné pendant plusieurs siècles par une seule dynastie, celle des Rurikides, dont descend sa famille. Les vicissitudes sont nombreuses, démembrement dû à l’invasion mongole, occupation de terres russes par la Pologne et la Lituanie, marche pour l’unité. Toutes participent de la formation de l’identité nationale, un facteur clef pour mieux comprendre les Russes et la Russie à travers l’histoire. Cette unité russe retrouvée devient la cible d’une politique concertée de l’Europe. Les menées de l’Autriche-Hongrie, de l’Allemagne, puis celles des Etats-Unis d’Amérique et celles des anciens alliés de la Russie pendant la Grande guerre sont brillamment exposées et dénoncées avec vigueur par l’auteur, qui s’appuie là sur son expérience de militaire et de diplomate. Il remet les pendules à l’heure avec une vivacité qui tient constamment le lecteur en haleine. Mais sa lucidité vis-à-vis des enjeux politiques n’a d’égale que son inquiétude face à la manipulation des esprits. Par ce biais, il nous offre aussi une image émouvante de son identité d’exilé, celle des Russes de la première émigration. La crise ukrainienne actuelle plonge ses racines dans ce passé complexe, le nier est une folie dangereuse. En ce sens, ce livre apporte une aide précieuse à qui veut y comprendre quelque chose. Bien des éléments analysés par le prince Volkonski gardent une redoutable actualité : la haine de la Russie cultivée par certains, l’étonnement douloureux que cette agressivité suscite chez les Russes, l’hypocrisie intéressée des pays européens. L’entreprise de désinformation se poursuit, favorisée comme jamais en Europe par l’ignorance de générations auxquelles on a enseigné le dédain de l’histoire et de la géographie.
Prince Dimitri Schakhovskoy



_____________________________________________________



Ukraine "la vérité historique" du russe Volkonski

 


Tiré de :
http://www.russieinfo.com/ukraine-la-verite-historique-du-russe-volkonski-2015-04-08



"L’Ukraine, la vérité historique" est un pamphlet écrit par le prince russe Alexandre Volkonski en 1920. Un texte qui fait écho de façon saisissante aux évènements actuels qui déchirent la Russie et l’Ukraine.

 

"Le démembrement de la Russie fut un des buts du monde germanique dans la Grande guerre. Les puissances de l’Entente suivent dans cette question la voie tracée par l’Allemagne: il ne leur reste plus que de reconnaître l’indépendance de tout le Sud de la Russie, et le rêve germanique sera réalisé.

Quand on médite une injustice, on accepte volontiers comme certain tout ce qui paraît la justifier. C’est ainsi que la légende de l’existence d’un peuple ukrainien et du joug russe qui pèserait sur lui, a trouvé du succès dans la presse des pays de l’Entente. Si l’on cherchait un exemple pour démontrer la façon dont la presse crée une opinion publique fausse, on n’en trouverait pas un meilleur que celui de la propagande du parti ukrainophile.

(…) Qui lira ces pages connaîtra la vérité historique."

Ainsi commence le texte du prince Alexandre Volkonski, à travers lequel il répond au traité de Varsovie du 22 avril 1920 signé par Simon Petlioura, le leader nationaliste ukrainien, qui entérinait l’indépendance de l’Ukraine.

En se basant sur l’historiographie traditionnelle russe, l’auteur s’efforce de prouver que Russes et Ukrainiens n’ont jamais été ennemis et constituent un même peuple. Pour lui, l’idée des Moscovites comme "ennemis séculaires des Ukrainiens" serait née de la manipulation des grandes puissances étrangères, suite au traité de Versailles.

Dans son texte, Alexandre Volkonski dénonce la haine de la Russie cultivée par certains, l’étonnement douloureux que cette agressivité suscite chez les Russes, l'hypocrisie intéressée des pays européens... et s’emporte face aux théories historiques qui justifient le démembrement de l’Empire russe, lui qui ne définit pas sa patrie par des références géographiques mais par la langue, le vieux russe

La langue au cœur des idéaux politiques

Cet ouvrage est préfacé par Jean-Pierre Arrignon, historien et spécialiste de la Russie. Ce dernier rappelle l’importance du contexte historique pour comprendre le texte de Volkonski. A savoir la renaissance slave en Europe, avec le désir pour les peuples slaves du Sud et d’Europe centrale de donner naissance à une slavistique slave indépendamment de la slavistique russe.

Dans sa préface, Jean-Pierre Arrignon met ainsi en évidence le long processus de création de la langue ukrainienne, issue de la tradition de linguistique de la Rus’ de Kiev, qui unifiait l’Ukraine à celle du peuple russe. Jusqu’au moment où la civilisation russe et la civilisation ukrainienne ont éprouvé le besoin de "se définir l’une par rapport à l’autre au XIXe siècle dans une démarche de rupture."

Il explique que ces tensions entre les deux langues et les deux cultures sont portées par deux éminents protagonistes : les historiens russe et ukrainien Vassili Ossipovitch Klioutchevski (1841-1911) et Mikhaïl Hrouszewki (1866-1934).

Pour le premier l’unité de la Rus’ de Kiev se prolonge dans la Moscovie, l’Empire des tsars, et enfin l’Empire russe. C’est une vision unitaire de l’histoire russe. Le second développe l’idée opposée de la séparation de l’ethnogenèse et du vecteur des peuples ukrainiens et russes. Pour lui, la Rus’ de Kiev a une identité propre qui se prolonge naturellement dans l’Ukraine moderne. Ces deux approches, relayées par ces historiens, s’affrontent directement dans les premières années du XXe siècle.

Un texte militant

Le prince Volkonski s’est fortement intéressé aux travaux de Hrouszewki pour rédiger son étude. Il s’applique à dénoncer les inexactitudes et les erreurs de l’historien ukrainien qui ont abouti, selon lui, à une falsification de l’histoire. Il titrera ainsi son ouvrage : La vérité historique et la propagande ukrainophile !

A l’heure où il écrit, Alexandre Volkonski, issu de l’une des plus vieilles familles de la noblesse impériale russe et officier de la Garde impériale, souffre de voir sa patrie déchirée. Son ouvrage, comme l’écrit Jean-Pierre Arrignon, est "une lecture militante d’un homme meurtri de voir sa patrie, la Russie, dépecée, marginalisée, humiliée par les alliés anglais, américains et français vainqueurs de la Grande Guerre".

Le prince Volkonski est aussi l’auteur d’analyses politiques et de nombreux articles où il assume son opposition aux mouvements nationalistes ukrainiens, "soutenus et financés par I'Allemagne". Farouche défenseur de sa patrie, Volkonski se positionne« contre la force montante du nationalisme ukrainien» et accuse les puissances alliées d’utiliser "les nationalismes pour renforcer leur puissance et affaiblir leurs adversaires."

La lecture de ce livre s’inscrit de façon troublante dans une actualité bouleversée par la guerre entre la Russie et l’Ukraine, où l’on retrouve des théories similaires à pratiquement un siècle d’écart.

Alexandre Volkonski, L’Ukraine, la vérité historique
Aux Editions des Syrtes, 2015
288 pages

 
 

L'histoire vraie de l'Ukraine par un prince russe et catholique



Tiré de : http://fr.sputniknews.com/analyse/20150527/1016294902.html


On entend souvent qu'il est bien difficile de s'y retrouver dans la crise ukrainienne actuelle. C'est à la fois une des causes et une conséquence des mensonges et dissimulations massifs véhiculés par la presse dominante.

 

Dans le cas de l'Ukraine, un ouvrage d'histoire paru récemment en français, permet d'aller aux racines du mal.

Le livre est paru en 1920, donc en aucun cas pour surfer sur la vague du «Maidan» actuel. Intitulé: «Ukraine, la vérité historique», il est d'une surprenante actualité. Par son existence même, la date de sa publication et la polèmique historique qu'il entame au moment même où se créent les mythes et thématiques qui aujourd'hui sont invoqués, sur fond de guerre civile, dont ils sont une des causes.

L'auteur Alexandre Volkonski, est un prince de la lignée des Rurik, premiers souverains russes à Kiev. Mais il est devenu à la fin de sa vie prêtre greco-catholique («uniate» — catholique de rite oriental), qui le rend pour le moins compréhensif et sensible aux Ukrainiens de l'ouest, devenus catholiques sous la domination polonaise. Ils sont aujourd'hui les plus influencés par un nationalisme exacerbé, hostiles à leurs concitoyens russes ou même russophones. Ce n'est pas le cas de Volkonski.

UN SEUL PEUPLE

Il montre en effet par son rappel historique détaillé et documenté que les peuples russes et ukrainiens ne sont en fait qu'un seul et même peuple. Que leurs territoires ont été morcelés et divisés par l'histoire et que les conquérants successifs ont cherché à les diviser. Souvent en tentant de réécrire l'histoire, parfois contre toute évidence.

Comme chacun sait aujourd'hui, la Rus' urbaine, c'est à dire la Russie, est née à Kiev et Novgorod, environ au IX ème siècle. Le grand Prince, premier entre ses pairs (et frères) qui règnaient sur les autres cités russes était à Kiev. Cela provoquait des guerres interminables au moment des successions.

C'est là que le Grand Prince Vladimir a «baptisé» la Russie en 988 au rite chrétien byzantin. Celà reste une référence commune fondatrice pour tous les Russes, y compris ceux d'Ukraine. La langue d'alors, le vieux russe, était commune à tous. L'ukrainien, issus d'au moins trois dialectes essentiellement galiciens, et qui fut un élément identitaire lors de la domination autrichienne ou polonaise, n'a été fixé qu'au XIXème siècle.

Mais Kiev fut détruite en 1240 par les Tatares. Et la steppe vers l'est resta quasi déserte durant près de 300 ans. Elle se repeupla peu à peu de cosaques, composés essentiellement de fugitifs (servage, persécutions religieuses, évasions…) de diverses nationalités. Quant à l'autre partie, celle de l'ouest, elle fut conquise par les Lituaniens unis ensuite aux Polonais dans le royaume «unissant les deux mers» (de la mer Baltique à la mer Noire). Ce royaume historique hante encore aujourd'hui l'esprit nostalgique de nombreux nationalistes polonais. ET il est l'un des objectifs de géopoliticiens américains.

Jamais avant 1918, écrit Volkonski, l'Ukraine n'a été un état indépendant, contrairement à ce que prétend la propagande ukrainophile. Cette dernière se réfère à un «état cosaque» aux XVI ème et XVII ème siècle. Or, écrit Volkonski, «durant ces siècles, l'Ukraine n'était qu'une partie de l'état polonais…. C'est lui qui fixe le nombre des cosaques: 60,000 hommes en 1575, 6.000 en 1627, 1.200 en 1638. Il introduit le servage et y soumet une partie des cosaques, la liberté de conscience octroyée à la population petite-russe (nom d'une partie de l'Ukraine) est telle que le métropolite orthodoxe de Kiev prie (en 1625) le tsar de Moscou de prendre l'Ukraine sous sa souveraineté….. Les Ukrainiens de l'époque ne se considéraient pas comme libres et, durant tout un siècle, ils ont avec ténacité sacrifié leurs vies dans le vain espoir de secouer le joug étranger». En 1654, sous le commandement du hetman Bogdan Hmelnitski, l'Ukraine et la Russie unissent à nouveau leurs destins. C'est la célébration du tricentenaire de ce Traité de Pereïslav qui servit de pretexte à Nikita Khrouchtchev pour offrir la Crimée (sans Sébastopol) à l'Ukraine soviétique en 1954.

UNE CREATION AUTRICHIENNE APPLIQUEE PAR LES BOLCHEVIKS

L'ouvrage de Volkonski est œuvre d'historien. Très précis et détaillé, il vise à répondre aux thèses et aux contre-vérités historiques véhiculées par une des pères fondateurs du nationalisme ukrainien, Mikhail Hrouszewski, historien et homme politique qui fut le premier président de la Rada (parlement) fondée à Kiev après la révolution bolchévique, avant de devenir sous le pouvoir stalinien, membre de l'Académie des sciences de l'URSS pour favoriser «l'ukrainisation» de l'Ukraine… Car cette dernière n'allait pas du tout de soi. Et Volkonski démonte les nombreux subterfuges de Hrouszewski pour tenter de créer une Ukraine historique qui n'existe guère. Hrouszewski décrit par exemple une dynastie de princes ukrainiens d'avant les Tatares, en oubliant tout simplement ceux qui ont régné par rotation dans les autres villes russes. Il recourt à la création autrichienne des Ruthènes, en fait des Russes pour la plupart, pour tenter de justifier l'existence d'un peuple différent des autres Russes…

Pour résumer, on peut dire que ce sont les bolcheviks communistes qui ont appliqué sur le terrain une création austro-allemande, reprise par les polonais en s'appuyant sur quelques intellectuels galiciens (Région de Lvov dominée par l'Autriche jusqu'en 1918, puis polonaise avant de devenir soviétique en 1939 puis en 1945). Pour les Autrichiens et les Prussiens ensuite (Volkonski cite des cartes trouvées au début de la première guerre mondiale sur des officiers allemands montrant une petite Pologne et une grande Ukraine), il s'agissait bien sûr d'affaiblir la Russie en la divisant. Comme c'est ce que visent aujourd'hui les USA, ils ont repris l'idée avec tous leurs moyens. Pour l'Allemagne, les choses ont changé mais le poids de ses choix historiques en diplomatie explique en partie ses positions ambigües sur la question ukrainienne et vis-àvis de la Russie.

Il est pour le moins paradoxal que les nationalistes ukrainiens au pouvoir aujourd'hui à Kiev, qui ont il est vrai ajouté à leur Panthéon, où figure Hrouszewski, des collaborateurs des Allemands durant la deuxième guerre mondiale, accusent les communistes de tous les maux de l'Ukraine, alors que ces derniers sont eux qui ont créé l'Ukraine et tenté de la rendre viable.
Aujourd'hui encore, la diversité du pays et le refus d'en tenir compte, font que la partie n'est toujours pas gagnée. Et même si aujourd'hui, après tant de décennies, une nationalité ukrainienne s'est formée, est-il vraiment dans l'intérêt des autres européens d'encourager les discours de haine pour continuer à jouer la division entre peuples russes historiques? Elle fut imaginée à Vienne, Berlin et Varsovie en des temps qui ont mené à la catastrophe européenne de la première guerre mondiale. Veut-on à ce point que l'histoire se répète? 

Dimitri de Kochko
27.05.2015



_______________________________________________________________________________________



LETTRES DE NAPOLÉON EN RUSSIE

 
 
A la faveur d'un parcours de L'OBSERVATEUR RUSSE (Русский очевидец) nous découvrons dans les archives du site, l'article suivant, susceptible d'intéresser, malgré la date de sa parution, le public insulaire. 
Cf.  http://rusoch.fr/lang/fr/rus/pisma-napoleona-iz-rossii.html
 
 

Les lettres de Napoléon en Russie

 
15 avril 2012

Cette année, le bicentenaire de la bataille de la Moskova est abondamment célébré en Russie. En France, ce même bicentenaire de la campagne russe napoléonienne est marqué de façon plus discrète. 

La fondation Napoléon, dirigée par Victor-André Masséna, prince d'Essling, duc de Rivoli et descendant d'un maréchal de l'armée de Napoléon, a publié à cette occasion la correspondance de Napoléon Bonaparte en 1812, « 1812 — La campagne de Russie ». Il est utile de noter que la publication de la correspondance complète de Napoléon a débuté en 2002. 

  

napoleon-010

12-й том «Полной переписки Наполеона» ©Елена Якунина 

Cette guerre eut des conséquences assez inhabituelles. Elle fut patriotique, nationale et le pays tout entier se souleva contre l'envahisseur, mais curieusement elle n'engendra pas une haine continue entre les deux pays qui au fil du temps ont gardé l'un pour l'autre une certaine sympathie. Les cosaques ont passé près d'un an sur les Champs Élysées, de nombreux soldats français capturés se sont russifiés et ont fondé une famille, et le français est resté la langue de la cour. 

En tout, la fondation Napoléon a rassemblé 41 mille lettres de Napoléon. La campagne de Russie peut être retracée au jour le jour dans ce douzième tome, et l'on y découvre toutes les vicissitudes de cette épopée gigantesque. 

Lors de la présentation du livre consacré aux évènements qui ont marqué les deux pays, V. -A. Masséna a remarqué en plaisantant que c'était la première fois que Napoléon envahissait pacifiquement la Russie, même si ce n'était que l'ambassade. Plus sérieusement, il a ajouté : « La marque de cette guerre est encore visible, et 200 ans plus tard les Français utilisent encore pour décrire un évènement tragique — c'est la Bérézina ! Il est aussitôt clair qu'il s'agit d'une catastrophe. » La terrible défaite pendant la retraite de l'armée, alors qu'il tentait de traverser la rivière Bérézina (aujourd'hui en Biélorussie) est devenu un aphorisme. 

V. -A. Masséna a également rappelé un détail intéressant. Assis sur Moscou, Napoléon a continué à diriger son empire et à signer des décrets. L'un d'eux concerne la Comédie Française, le célèbre théâtre de la capitale. Et c'est pourquoi on pouvait jusqu'en 1980 observer sur la façade du théâtre au centre de paris l'inscription « Par le décret de Moscou de 1812 ». 

napoleon-003

В.А.Массена, посол РФ во Франции А.Орлов, Т.Ленц (слева направо) ©Елена Якунина | V. -A. Masséna, A. Orlov, l'ambassadeur de la Russie en France et T. Lentz (da gauche à droite) 

Le célèbre historien qui a dirigé la publication de ce douzième volume, Thierry Lentz, a rappelé qu'une première correspondance en 32 volumes a été publiée sous le deuxième empire entre 1850 et 1860. Depuis, des lettres inédites ont sans cesse étés rajoutées jusqu'à ce qu'en 2000 il soit décidé une réédition complète de la correspondance de l'empereur. 

À ce jour, 50 volontaires continuent à déchiffrer la correspondance de Bonaparte pour la fondation. 

En même temps, dans 130 pays et deux cents archives, on continue à chercher des lettres inconnues. La dernière trouvaille de la fondation est les lettres de l'empereur interceptées par les cosaques lors de sa retraite fournies par les archives russes. 

Deux mille cinq cents lettres ont été incluses dans ce 12e volume, et plus de la moitié d'entre elles ne figuraient pas dans l'édition précédente. On découvre dans ces lettres à quel point l'empereur s'engageait. Il s'occupait de tout, jusqu'à l'inventaire des bottes des soldats. On peut maintenant étudier au travers de ses lettres, la vie quotidienne de l'armée. 

Napoléon pensait mener en Russie une guerre classique, aller jusqu'à Vilnius, négocier et conclure une paix. Mais contre toutes attentes, cela se déroula tout autrement. 

Les historiens et les chercheurs français ont découvert avec un grand étonnement que, déjà deux ans avant la guerre, la Russie avait élaboré un plan qui prévoyait que Napoléon, s'il décidait d'envahir la Russie, serait arrivé vers l'intérieur des terres. « Il s'avère », nous dit Thierry Lentz, « que l'Empereur est tombé dans le piège. Déjà en 1810 dans sa correspondance Barclay de Tolly disait « Notre meilleure chance est d'attirer l'ennemi à l'intérieur des terres. L'immensité de notre pays fera le reste. » C'est exactement ce qui s'est passé. » 

Bonaparte s'était préparé à envahir Moscou comme il l'avait fait à Vienne et à Berlin. Il avait prévu de s'assoir directement à la table des négociations avec, pourquoi pas, une bouteille de vin. 

« Bien sûr, » continue Lentz, « Les spécialistes français ont du mal à accepter ces documents qui jette une lumière différente sur la campagne. Jusque là, ils étaient certains que quelque chose d'imprévu s'était produit. En réalité, les nouveaux documents montrent clairement que l'opération était préparée et Napoléon a été pris au piège. La débâcle russe n'en était pas une, et les Français ont été délibérément attirés à Moscou. » 

napoleon-012

Жаклин Фрот-Рено на презентации книги ©Елена Якунина | Jacqueline Frot-Renaud 

Jacqueline Frot-Renaud déchiffre depuis dix ans l'écriture de l'empereur pour la fondation. 

« Elle est très dure à lire, nous dit Jacqueline, il écrivait sans jamais détacher la plume du papier, et ne séparait pas les mots. Quand j'ai vu pour la première son écriture, j'ai pensé qu'il n'existait pas de mot français aussi long et ce n'est qu'ensuite que je me suis rendu compte que les phrases sont entièrement écrites sans espaces. Il était toujours pressé et c'est pourquoi il laissait beaucoup de taches et de pâtés. On raconte qu'il essuya même sa plume sur un pantalon blanc. » 

Jacqueline, on dit qu'il faisait beaucoup d'erreurs. 

« Il écrivait correctement, mais l'orthographe du début du XVIIIe siècle était complètement différente. Des mots comme 'temps' étaient écrits sans p 'tems' et il y a énormément d'exemples similaires. » 

La guerre de 1812, c'est l'histoire de deux pays et les Russes et les Français se réuniront donc plusieurs fois cette année. 

Les 15 et 16 septembre 2012, la résidence de l'ambassadeur de Russie en France, rue Grenelle à Paris, accueillera une exposition consacrée au bicentenaire de la bataille de la Moskova. Elle présentera des pièces du musée d'histoire de Moscou et pour la première fois des pièces venant de collections privées des descendants des protagonistes de la bataille. 

Le 19 septembre, aussi pour la première fois, il sera possible de rencontrer les descendants des familles russes célèbres ayant pris part à la bataille. 

Elena Iakounine, traduit par Augustin Borsu 

 
 
 
Jeudi 24 Septembre 2015
Jean Maiboroda
   
_______________________________________________________________________________________

 

RUSSIE-OCCIDENT - Un ouvrage éclairé

 
 
RUSSIE-OCCIDENT - Un ouvrage éclairé
http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2015/04/26/russie-occident-lumineux-ouvrage-de-guy-mettan-266710.html 

26.04.15 

Russie-Occident : lumineux ouvrage de Guy Mettan

  

480 pages d’un voyage saisissant à travers l’Histoire. Quelques heures de lecture, pour revivre avec l’auteur un millénaire de relations entre l’Occident et la Russie. Guy Mettan est député, ancien président du Grand Conseil genevois, directeur du Club Suisse de la Presse. Mais il est avant tout un rigoureux historien de formation, fouineur, passionné, chasseur de préjugés. Contre l’esprit du temps, la doxa dominante sur une question politique ou historique, il n’a pas peur de se faire des ennemis. Revoilà le Guy Mettan qui me plaît infiniment, celui par exemple qui savait, dans les guerres balkaniques des années 90, refuser la diabolisation d’un camp, plonger dans l’Histoire pour expliquer le présent, démarche autrement plus complexe que la simple dénonciation, sur la seule base d’une posture humanitaire ou morale. 

Bien sûr, me direz-vous, le Valaisan Mettan, enfant d’Evionnaz, est citoyen russe (ayant adopté une enfant de ce pays), et préside la Chambre de Commerce Suisse-Russie. C’est vrai. On partagera ou non ses conclusions, mais de grâce, qu’on prenne la peine de lire son livre. Qu’on accepte de parcourir, en sa compagnie, le chemin éclairant qu’il nous propose, de Charlemagne à nos jours. Vous y découvrirez des faits. Rien que des faits. Dont une quantité, totalement inédits à l’état actuel de nos connaissances. Pour ma part, sauf peut-être dans le chapitre sur la russophobie allemande, où j’étais pas mal en terrain connu par ma passion pour l’Histoire germanique, j’ai appris des tonnes de choses passionnantes. Elles ne vous amèneront peut-être pas, à la fin du livre, à partager l’amour de mon compatriote Mettan pour la Sainte Russie, ni bien sûr les options politiques de Poutine. Mais elles vous auront donné un éclairage précieux, documenté, sur la manière dont l’Occident, au fil du temps, a forgé l’image d’une Russie maléfique et dangereuse. 

"J'avais la rage" 

« J’ai écrit ce livre parce que j’avais la rage », m’a confié Guy Mettan jeudi dernier. La rage : un mot qui tranche, quand on connaît le caractère paisible, débonnaire, de ce politicien modéré, comme peut l’être la démocratie chrétienne en Suisse. La rage, contre les préjugés antirusses. La rage, contre la méconnaissance. La rage, contre les moralistes qui adjugent le bien ou le mal, sans tenter de comprendre les racines. D’où l’essentiel de l’ouvrage, une savante et captivante vision diachronique, remontant à Charlemagne, et à une querelle un peu oubliée de nos jours, celle du « Filioque ». Entendez une différence d’interprétation, dans le Credo, entre l’Eglise romaine et l’Eglise grecque (Byzance), sur la part du Fils (entre le Père et le Saint Esprit) dans la Trinité. Querelle qui sera la source du Grand Schisme d’Orient, en 1054. Avec une belle pédagogie, Guy Mettan nous rappelle comment l’Occident a instrumentalisé cette dissension sur le dogme pour asseoir sa suprématie sur l’Orient. 

Et puis, l’auteur, sources et documents à l’appui, nous promène, dans les chapitres centraux du livre, à travers quatre grandes « russophobies » : celle des Français, des Anglais, des Allemands, puis (plus tard) des Américains. Où il est question du faux testament de Pierre le Grand sous Louis XV (pages 183 et suivantes), où se construit le mythe de l’expansionnisme russe. Ou encore (pages 233 et suivantes), du retournement des Anglais contre les Russes, pour des questions de domination maritime, après la chute de Napoléon (1815), avec le rôle de l’indépendance grecque et l’écrasement de la révolte polonaise. Mais aussi (pages 259 et suivantes), du rôle politique joué par le mythe de Dracula. Le champ de ces références-là, littéraires et culturelles, il fallait tout de même avoir l’ardeur et l’audace de le labourer : Guy Mettan l’a fait. 

Russie et vision romantique de la germanité 

J’en viens au chapitre le plus puissant pour moi, à la fois en vertu de ma passion pour l’Histoire allemande, mais aussi parce qu’il est le plus éclairant sur les actuelles positions de « l’Europe » d’aujourd’hui, principalement celles de l’Allemagne de Mme Merkel, dans l’affaire ukrainienne en cours. C’est, évidemment, le chapitre « Russophobie allemande » (pages 271 à 321). Je demande à chaque lecteur de mon blog de bien vouloir prendre connaissance, au moins, de ces cinquante pages-là. Parce que l’auteur va chercher dans l’Histoire, tous régimes confondus, les liens d’intérêts profonds de l’Allemagne face à son « Lebensraum » (page 293) de l’Est, donc en premier face à la puissance russe. 

Guy Mettan remonte (page 274) à la vision romantique de la germanité (Sturm und Drang, Lessing, Herder, Goethe, Schiller, Hölderlin, Fichte), sous les lumières de Kant et celles de Hegel, bref, toute cette exceptionnelle fin du dix-huitième siècle dans la littérature et la philosophie germaniques (on pourrait aussi parler de la musique). Et j’aurais voulu, pour ma part, c’est l’une de mes rares réserves sur le livre, que cette étape, majeure, fût davantage approfondie et développée par l’auteur. Il nous décrit comment la russophobie fut, au fil des décennies, un passage obligé des manuels scolaires allemands. Et comment cette vision, du reste, a survécu à la Seconde Guerre Mondiale, aux sept millions de morts allemands, aux vingt millions de morts soviétiques. 

« En 2014, écrit Guy Mettan (page 317), l’Allemagne a enfin obtenu son Lebensraum à l’Est ». Il nous décrit comment, par d’autres moyens que naguère, Mme Merkel accomplit, pacifiquement, en douceur, et avec la bénédiction de la communauté internationale, une œuvre d’expansion de l’influence allemande sur ses marches orientales. Ce chapitre-là, capital en soi, tellement crucial pour qui veut scruter la question ukrainienne avec les lunettes de l’analyse diachronique, est tellement vaste qu’il pourrait faire l’objet d’un nouveau livre. En attendant, j’encourage tout lecteur de ce blog à se saisir du bouquin de Mettan. Et à le lire. Nul n’en sera déçu : au-delà des options idéologiques des uns et des autres, il nous livre des faits, un éclairage, une vision, une compétence. Merci, Guy Mettan. 

Pascal Décaillet 

*** Russie-Occident: une Guerre de Mille Ans. Par Guy Mettan. Editions des Syrtes. Mars 2015. 


___________________________________________________________________
 


  


 
 
 
Russie-Occident: les raisons d'un conflit millénaire


(À propos du livre de Guy Mettan, Russie-Occident, une guerre de mille ans. De la russophobie de Charlemagne à la crise ukrainienne, Genève, édition des Syrtes, 2015, 488 pages, 20 €.) 

  

Voilà un livre dont on aurait dû entendre parler et dont, bien sûr, aucun média français n’a encore mentionné l’existence. En constatant combien l’ignorance déforme le regard que porte l’Occident sur la Russie, il revient sur les lieux communs, les préjugés et les contre-vérités qui forment le corpus de la vulgate occidentale concernant la Russie, la seule qu’un lecteur européen, et spécialement français peut connaître car la seule à être diffusée par nos médias. 

Pourquoi tant de haine à l’égard de la Russie, si proche de nous par sa culture et sa géographie ? L’auteur montre qu’elle trouve son origine dans les conflits religieux, idéologique et géopolitique depuis Charlemagne jusqu’aux rivalités d’aujourd’hui à propos de l’Eurasie exacerbées par la volonté des Américains et des Européens de vouloir rejeter la Russie hors d’Europe et de l’isoler pour mieux asseoir leur domination sur le reste du monde. 

De fait, l’Occident a peur de la Russie et cette peur alimente aujourd’hui un russophobie rarement atteinte dans l’histoire, cette russophobie qui n’est rien d’autre qu’une forme de racisme. Dirigeants et médias occidentaux qualifient les Russes d’arriérés, de barbares, de non civilisés, d’inférieurs, discréditant « la Russie en l’enfermant dans des clichés négatifs de façon à pouvoir légitimer son exclusion de la communauté internationale auprès des opinions publiques occidentales », écrit l’auteur. La russophobie s’explique par la géopolitique : le choc de l’impérialisme européen contre la Russie à partir de la moitié du XVIIIe siècle), et par l’idéologie : l’instrumentalisation de la démocratie et de la théorie des droits de l’homme comme moyen d’imposer le libéralisme et la capitalisme anglo-saxon sur le monde – ce qui n’empêche pas les Occidentaux de soutenir les pires despotes de la planète s’ils servent leurs intérêts, tels les régimes autocratiques du Golfe persique, par exemple. Enfin, la russophobie actuelle est aussi une réaction de l’Occident, de l’Europe, qui n’a pas « d’identité constituée » contrairement à la Russie, nous explique Guy Mettan. 

« La construction européenne manque de légitimité et ne respecte pas l’avis des peuples européens » soumis aux diktats d’autorités non élues à Bruxelles. Alors, l’Union européenne entend combler ce déficit de légitimité et se donner une crédibilité en s’inventant un ennemi à sa porte : la Russie, « repoussoir idéal surtout lorsqu’elle revendique sa place dans le concert des nations ». Un repoussoir idéal, oui vraiment et surtout pour les Baltes et les Polonais qui ont besoin d’un « grand méchant russe » pour justifier – et obtenir les aides financières qui vont avec –, leur intégration bâclée dans l’Union européenne et dans l’OTAN pour se placer sous la protection du bouclier antimissiles américain. 

Poutine devient ainsi un excellent prétexte pour détester la Russie. Cependant, les dirigeants russes ont traversé l’histoire, mais les préjugés sont restés le mêmes, et ils ne datent pas d’hier puisqu’ils remontent à Charlemagne se faisant couronner empereur en  800 afin de s’emparer de l’héritage de l’Empire romain au détriment de l’empereur byzantin. « Ce premier conflit géopolitique entre l’Occident et l’Orient, nous dit l’auteur, a abouti au schisme entre catholiques romains et orthodoxes byzantins, lorsque les successeurs de Charlemagne ont réussi, dès 1014, à imposer des papes allemands à Rome », qui ont été les vecteurs de la nouvelle idéologie impériale. « Depuis lors, poursuit l’auteur, la propagande occidentale, des théologiens aux ambassadeurs, n’a jamais cessé de dénigrer les patriarches orthodoxes et les souverains grecs, puis les Russes lorsque ceux-ci ont repris l’héritage byzantin après la chute de Constantinople » en 1453. On s’aperçoit que les préjugés et les clichés antirusses n’ont pas changé depuis le XVe siècle. Dès lors que la Russie est devenue une puissance sur la scène mondiale, au XVIIIe siècle, la russophobie est devenue une constante des politiques européennes à son égard. En 1853, la presse anglaise stigmatisait le tsar Nicolas Ier exactement dans les mêmes termes que les médias occidentaux d’aujourd’hui le font avec Poutine : expansionniste, autocrate, oppresseur des peuples, liberticide, etc. Pour Guy Mettan, la russophobie « durera aussi longtemps que la Russie fera de l’ombre à l’Occident, et en tout cas aussi longtemps que les Américains pourront faire pression sur les Européens pour les empêcher de se rapprocher de la Russie ». 

Pour les Américains, la Russie de Gorbatchev puis d’Eltsine était une aubaine. Affaiblie, elle ne pouvait s’opposer aux ambitions occidentales de faire main basse sur l’héritage soviétique et de contenir la Russie hors d’Europe, ce qui explique la guerre déclenchée en Géorgie en 2008, avec le résultat que l’on connaît – Poutine n’est pas Eltsine –, et l’ambition américaine de s’emparer de l’Ukraine après avoir fomenté le putsch de Kiev sans avoir prévu évidemment la résistance populaire de l’est de l’Ukraine et la sécession de la Crimée, aujourd’hui redevenue russe selon le souhait de sa population. Les Américains ne veulent pas lâcher leur nouvelle prise ukrainienne et les Russes n’ont aucune envie d’abandonner ce qui leur appartient, le conflit ukrainien durera donc encore longtemps conclut notre auteur, « avec des phases froides et chaudes ». 

Pour légitimer la conquête de l’Ukraine, l’Occident déploie des moyens de propagande énormes (on parle de 5 milliards de dollars) afin de diaboliser la Russie et la personne de son président. L’Occident s’appuie sur de puissants lobbies russophobes américains, ceux des industries pétrolière et de l’armement, polonais ou baltes, actifs à Londres, ou sur des milliardaires qui ont accès à tous les grands médias, tels Soros aux États-Unis et Bernard-Henri Lévy en France. Toute voix, aux États-Unis et en Europe qui s’élève contre cette version occidentale biaisée est inaudible, n’ayant aucun espace dans les médias, relais complaisants des dirigeants occidentaux, qui citent exclusivement des sources proches des putschistes ukrainiens ou des thinks tanks affiliés à l’OTAN ou émargeant à la CIA. Diversifier leurs sources, appréhender la réalité sans parti pris en privilégiant un aspect, en escamotant les autres, est trop leur demander. 

C’est ainsi, en privilégiant la caricature à l’éthique journalistique, que les médias occidentaux présentent le projet eurasiatique du président Poutine. (Ce qui suit n’est pas emprunté au livre de Guy Mettan). 

Qu’est donc en réalité ce projet ? Le changement structurel qu’est l’Eurasisme se traduit par la certitude que la Russie n’aspire plus désormais à rattraper l’Occident sur le plan moral, sociétal ou culturel, comme ce fut systématiquement le cas depuis 1991. Moscou a visiblement pris l’initiative de clairement accentuer la tendance à la rupture en insistant désormais clairement sur les différences de civilisation entre la Russie et l’Ouest. Une nouvelle politique culturelle   s’élabore, qui permet de mieux comprendre le contour civilisationnel que la Russie souhaite s’attribuer et donc la direction que devrait suivre sa géopolitique dans un futur proche. Le modèle occidental fondé sur les « avancées sociétales » (mariage pour tous, théorie du genre, féminisme agressif et autres inepties « modernistes ») et le multiculturalisme y est clairement rejeté. 

l’Eurasisme est un concept à multiples facettes servant à démontrer la particularité civilisationnelle russe. Ce concept qui est réapparu au sein des élites russes depuis le début des années 2000 semble s’imbriquer au sein du monde russe que l’on peut assimiler au monde de l’Est dans ses dimensions majoritairement slaves et orthodoxes. Cette « russité » semble basée sur le « monde russe », concept qui semble visiblement définir la sphère d’influence que la Russie souhaite vraisemblablement développer et travailler. 

Peut-on parler d’Eurasie restreinte (des Balkans orthodoxes à l’Extrême-Orient russe en passant par le Caucase et la Sibérie, soit l’Eurasie intérieure) pour définir en gros le contour de ce monde russe et les plausibles sphères d’influence en son sein de la Russie et de l’Union douanière (Russie, Biélorussie, Kazakhstan, Arménie…), mais ce qui est certain, c’est que le point cardinal de la rupture civilisationnelle totale de ce monde russe avec l’Occident est le retour proclamé au christianisme. Ainsi, « la Russie sera peut-être l'un des derniers gardiens de la culture européenne, des valeurs chrétiennes et de la véritable civilisation européenne », auxquelles l’Occident tourne le dos. 

Une imbrication des valeurs chrétiennes au sein d’un monde russe en parfaite adéquation avec la définition donnée par Vladimir Poutine quant à la substance religieuse du citoyen de ce monde russe. D’après le président russe, « un Russe, ou plutôt une personne appartenant au monde russe, pense d’abord et avant tout qu’un homme a une haute destinée morale. Les valeurs occidentales sont (à l'inverse) que la réussite se mesure à la réussite personnelle ». 

On comprend pourquoi le projet russe est haï par l’Occident dont la marche va à l’inverse des fondamentaux russes. Le libéralisme occidental, amoral et individualiste, ne profite qu’à une minorité oligarchique et méprise les intérêts des peuples qu’on amuse avec de pseudo-avancées sociétales présentées comme des progrès : pour les nantis, peu importe la déliquescence qu’entraînent ces déviances institutionnalisées pourvu que les marchés fonctionnent sans retenue et que leurs poches continuent à se remplir. Que Vladimir Poutine, à la tête d’une Russie redevenue grâce à lui une puissance incontournable dans le monde, puisse aller à l’encontre de cette doxa capitaliste affranchie de toute morale explique pourquoi l’Occident s’emploie à l’abattre. 

(Guy Mettan a été directeur du quotidien La Tribune de Genève. Il est député au Grand Conseil du canton de Genève et président du Club suisse de la presse dont il est un membre fondateur. Entre autres, il a publié Genève ou le besoin de grandir et Nouveau dictionnaire impertinent de la Suisse (avec Christophe Buchi), aux Éditions Slatkine en 2013.) 


______________________________________________________________________________ 

  

 
 
 
Russie-Occident. Une guerre de mille ans.

De la russophobie de Charlemagne à la crise ukrainienne. Pourquoi nous aimons tant détester la Russie. 

Compte rendu par Ivo Rens 
https://worldpeacethreatened.wordpress.com/  

Paru dans AGORAVOX  24  juin 2015. 

  
Voici assurément un livre singulier comme le signalent déjà son titre et ses trois sous-titres, dont l’énoncé à rallonge évoque celui de plusieurs ouvrages savants du XVIIIe et du début du XIXe siècle. 
Son auteur est une personnalité connue en Suisse. Guy Mettan est un journaliste en vue qui a été rédacteur en chef de la Tribune de Genève  ; il a aussi assumé la présidence du Grand Conseil, le parlement genevois, dont il est toujours député, élu sur la liste du Parti démocrate chrétien ; il dirige le Club suisse de la presse et il a écrit plusieurs livres sur la Suisse et la Genève internationale. 
Comme il le relate dans son avant-propos, son intérêt pour la Russie est né d’un hasard : en 1994, il a adopté une petite fille russe âgée de trois ans, ce qui lui valut d’être doté de la nationalité russe par l’administration de Boris Eltsine. Cet événement, écrit-il, “a naturellement changé en profondeur mon regard sur la Russie. De simple curiosité postcommuniste, le pays m’était soudain devenu beaucoup proche“.(1) Devenu connaisseur de la Russie, il a été frappé par l’amoncellement de préventions et d’erreurs colportées en Occident contre ce pays. 
Toujours dans cet avant-propos, l’auteur présente comme suit sa motivation : “C’est donc avec l’espoir de briser, ou au moins d’araser un peu ce mur de préjugés, que j’ai entrepris la rédaction de cet essai et que je me suis plongé dans l’histoire longue, complexe, mais passionnante des images déformées et des perceptions biaisées que les Occidentaux ont accumulées sur la Russie au fil des siècles, et plus précisément depuis que Charlemagne a rompu avec Byzance.“(2) En effet, après la chute de Constantinople, en 1453, la Russie devint la puissance protectrice de la foi orthodoxe et Moscou fut appelée la troisième Rome. 
Le plan de cet ouvrage de près de cinq cents pages est aussi singulier. Il est divisé en trois parties intitulées respectivement “La force d’un préjugé“ d’une centaine de pages, “Petite généalogie de la russophobie“ de près de 250 pages et “La russophobie, mode d’emploi“ de près de cent pages. Son texte comporte d’innombrables notes de bas de pages qui renvoient à autant de sources que résume une bibliographie impressionnante à la fin du volume. Il s’agit donc, non point d’un pamphlet, mais d’un ouvrage savant, écrit dans un style délibérément non académique. 
Toutes les idées exposées ci-après sont bien celles de Guy Mettan, à l’exception de quelques très rares remarques explicitement assumées par l’auteur du présent compte rendu. 
  
La force d’un préjugé 

La russophobie est un phénomène de psychologie collective, une psychopathie, qui s’autoalimente en interprétant les faits et les situations tendancieusement de façon à en rendre responsables les Russes ou leur dirigeant, actuellement Vladimir Poutine. “Comme l’antisémitisme, ce n’est pas un phénomène transitoire lié à des événements historiques précis.“ (3) Comme lui, il revêt des formes différentes, ayant évolué dans des contextes différents dans différents pays. Il ne résulte donc nullement d’un complot car il ne se développe pas dans le secret. Il se propage ouvertement par la presse et plus généralement par les médias. 
Guy Mettan porte un jugement sévère sur les grands médias occidentaux, particulièrement depuis les événements d’Ukraine : “Aussi, début 2014, quand les incidents de la place Maïdan ont éclaté puis dégénéré en coup d’Etat et enfin en guerre civile, était-il devenu impossible de rester silencieux et d’assister sans réagir à la nouvelle explosion d’hystérie antirusse qui s’était, une nouvelle fois, emparée des médias occidentaux.“(4) 
La première partie de l’ouvrage est consacrée à l’analyse de cinq manifestations de la russophobie en Occident : 
- le crash d’un avion russe dans le sud de l’Allemagne, à Überlingen, en 2002, 
- la prise d’otages de Beslan, ville d’Ossétie du nord, dans la Fédération de Russie, en 2004, 
- la seconde guerre d’Ossétie, en 2008, 
- les Jeux Olympiques de Sotchi, en 2014, 
- la crise ukrainienne, en 2014, fait l’objet d’un traitement nettement plus approfondi que les cas antérieurs. 
  
Le crash d’Überlingen (2002). 

Le 1er juillet 2002, un Tupolev de la Bashkirian Airlines entra en collision avec un Boeing de la compagnie DHL au-dessus de la petite ville d’Überlingen dans le sud de l’Allemagne, à quelques kilomètres de la frontière suisse, provoquant la mort de 71 personnes dont 52 enfants russes qui se rendaient en vacances à Barcelone. 
Dans les jours qui suivirent, toute la presse occidentale en rendit responsable les pilotes russes qui, faute de bien comprendre l’anglais, n’auraient pas tenu compte des directives que leur aurait données la compagnie suisse Skyguide chargée du contrôle aérien dans cette zone. Un communiqué américain cité par l’auteur en rajouta, affirmant qu’aucun avion russe n’était fiable, que les pilotes russes ne l’étaient pas davantage étant sous-payés etc. 
Le 5 juillet, après un premier examen des boîtes noires, il apparut que toutes ces assertions étaient infondées, que les pilotes russes maîtrisaient l’anglais, que leur avion venait d’être révisé, et que la cause de l’accident résidait dans une accumulation de défaillances de la part du contrôle aérien suisse. Mais il faudra attendre “des années pour que la direction de la société suisse Skyguide accepte de s’excuser du bout des lèvres et que les pilotes russes soient rétablis dans leur honneur.“ (5) 
  
La prise d’otages de Beslan. (2004) 

En relation avec la seconde guerre de Tchétchénie en 1999-2000, la Russie fit l’objet de nombreux attentats d’inspiration islamiste, particulièrement en 2004. “En cinq ans, depuis les premiers attentats de 1999 contre des immeubles à Moscou, les attaques des terroristes islamistes ont fait 1005 morts civils en Russie, le tiers des victimes des attentats du 11 septembre 2001 à New York.“ (6) 
Le 1er septembre 2004, un groupe de 32 hommes et femmes armés envahit une école de Beslan, en Ossétie du nord, prenant en otage 1'300 personnes, en majorité des enfants et des jeunes gens de sept à dix-huit ans, et tuant une vingtaine d’adultes. Après trois jours, les forces de l’ordre donnèrent l’assaut qui se solda par un nombre de morts exorbitant : 331 enfants et enseignants, 11 soldats des forces spéciales et 8 policiers ainsi que 31 des 32 terroristes. “Mais sitôt l’école investie, le sang à peine séché sur les murs, les médias occidentaux vont se déchaîner. Non contre les bourreaux islamistes, ce qui eût été naturel, mais, ô paradoxe, contre les victimes et leurs libérateurs ! En l’occurrence contre le gouvernement et les forces de l’ordre russes, suspectées de manipulation, d’intimidation, de recel d’information, voire même d’être la cause du massacre !“ (7) 
Sont visés notamment Radio Free Europe et la journaliste russo-américaine hostile à Poutine, Anna Politkovskaïa qui, en 1999, avait soutenu les islamistes partisans de l’indépendance de la Tchétchénie et qui sera assassinée en 2006. Mais Guy Mettan s’attarde sur la lettre collective signée par 115 personnalités atlantistes, à l’initiative de Vaclav Havel, qui critiqua vertement l’utilisation prétendument anti-démocratique que Vladimir Poutine faisait de la tragédie de Beslan. Cette lettre reçut, en effet, un écho considérable dans les médias occidentaux. Ses auteurs eussent-ils préféré que les Russes adoptassent un Patriot Act, sur le modèle américain, érodant les libertés fondamentales en mettant notamment sur écoute tous les citoyens, comme on l’apprendra quelques années plus tard grâce à Julian Assange et Edward Snowden ? Sur la gestion de la prise d’otages et de ses suites, l’auteur cite toutefois en exemple le rapport de Henry Plater-Zyberk pour le Conflict Studies Research Centre du Ministère de la défense britannique, paru en novembre 2004. (8) 
  
La seconde guerre d’Ossétie. (2008) 

De part et d’autre de la crête du Caucase, l’Ossétie du nord appartient à la Fédération de Russie et l’Ossétie du sud à la Géorgie, du moins jusqu’à la première guerre d’Ossétie qui eut lieu en 1991-2. Cette guerre opposait les indépendantistes ossètes et les Géorgiens. Au terme de ce conflit, un cessez-le-feu intervint qui instituait une force de maintien de la paix composée de troupes de la Communauté des Etats indépendants dirigées par la Fédération de Russie. 
Après son accession au pouvoir en Géorgie, en 2002, Mikheil Saakashvili, qui avait fait ses études aux Etats-Unis, et qui souhaitait faire adhérer son pays à l’Union européenne et à l’OTAN, milita pour la réintégration de l’Ossétie du sud dans la Géorgie. Les Ossètes indépendantistes, forts de deux référendums, s’y opposaient, réclamant leur réunification avec l’Ossétie du nord. Après plusieurs jours d’accrochages frontaliers, la guerre éclata dans la nuit du 7 au 8 août 2008, faisant 18 morts parmi les forces du maintien de la paix à prépondérance russe et 162 victimes sud-ossètes. Les Géorgiens et les Ossètes s’accusèrent mutuellement d’avoir déclenché les hostilités. 
Les Russes prirent rapidement l’avantage sur les Géorgiens qui bénéficiaient pourtant d’appuis américains et israéliens et, le 26 août, la Fédération de Russie reconnut officiellement l’indépendance de l’Ossétie du sud et de l’Abkhazie voisine, également sécessionniste de la Géorgie. 
Entre-temps, les médias occidentaux s’étaient déchaînés contre l’expansionnisme russe fauteur de guerre. Toutefois, ces accusations s’atténuèrent quelque peu après un an lorsque parut, le 30 septembre 2009, le Rapport de la Commission d’experts et de diplomates dirigée par l’ambassadrice suisse Heidi Tagliavini, désignée par l’Union européenne. Ce rapport établissait que c’était la Géorgie qui avait pris l’initiative des hostilités. 
Les discours occidentaux sur la Russie souvent accusée d’expansionnisme comportent presque tous un non-dit hautement significatif que Guy Mettan formule comme suit : … “On s’efforce d’oublier que la Russie fut le seul empire dans l’histoire humaine à se débarrasser de ses nations dominées sans leur faire la guerre. En quelques mois, en 1991, quinze pays se sont retrouvés libres et indépendants. Qui a fait mieux ?“ (9) Certes, dans son histoire, la Russie a pratiqué l’expansionnisme puisqu’elle s’est progressivement étendue jusqu’à l’Alaska, vendue aux Etats-Unis en 1867. Mais de nos jours, ce n’est pas la Russie qui s’est étendue, mais l’Union européenne et l’OTAN. Cette dernière englobe à présent pratiquement tous les pays qui avaient été membres du Pacte de Varsovie ainsi que plusieurs pays qui faisaient partie de l’URSS, mais pas encore l’Ukraine et la Géorgie. 
  
Les jeux olympiques de Sotchi (2014) 

Le dénigrement de la Russie atteignit un paroxysme à la veille des jeux olympiques d’hiver de Sotchi le 6 février 2014. Les médias européens insistaient surtout sur le gaspillage et la corruption liés à l’énormité des dépenses consenties, tandis que les médias américains s’en prenaient à la “répression“ des homosexuels russes ensuite de l’adoption par la Douma, à la fin de 2013, d’une loi condamnant la propagande homosexuelle auprès des enfants mineurs. (10) 
Nonobstant ces outrances, les jeux de Sotchi furent incontestablement un succès. 
Parmi les rares journalistes occidentaux à s’opposer à cette déferlante russophobique, Stephen F. Cohen publia dans The Nation un article qui conclut : “Le résultat est qu’aujourd’hui les médias américains sont moins objectifs sur la Russie, moins équilibrés, plus conformistes et à peine moins idéologiques qu’ils ne l’étaient lorsqu’ils couvraient l’Union soviétique pendant la guerre froide.“ Ce journaliste dissident était un spécialiste des affaires soviétiques puis russes à l’Université de New York et ancien conseiller du président George Bush Senior. (11) 
  
La crise ukrainienne en 2014

Cette crise fait l’objet d’un chapitre entier qui porte en sous-titre “Un manque de questionnement sidérant“. 
Le ton est donné dès la première page de ce chapitre par le passage suivant : 
“Pourquoi ? Pourquoi, dès qu’il s’agit de Russie, la presse occidentale manque-t-elle à ce point d’objectivité ? Comment expliquer ces réflexes de dénigrement aussi pavloviens ? Pourquoi les valeurs qui faisaient l’honneur du journalisme, la recherche de la vérité, le souci de comprendre, la volonté de savoir, la confrontation des points de vue, l’empathie, le respect, sont-elles jetées par dessus bord dès que les mots de Russie et Poutine sont prononcés ?“ (12) 
L’auteur se garde de prendre position sur tous les aspects de cette crise, trop récente pour que l’on puisse établir les responsabilités des uns et des autres, d’autant que les faits sont loin d’être établis, contrairement à ce qu’affirment presque tous les médias occidentaux, comme ils s’étaient empressés de le faire lors de la deuxième guerre d’Ossétie. Guy Mettan se contente de poser des questions que les journalistes occidentaux n’ont guère soulevées alors qu’elles font problème. 
Pourquoi la presse occidentale a-t-elle à peine commenté la décision prise par le nouveau pouvoir ukrainien, en février 2014, d’interdire la langue russe dans les parties russophones du pays ? “N’est-ce pas cette décision qui a pourtant provoqué le schisme de la Crimée et du Donbass ? (13) 
Ayant presque unanimement présenté les événements de la place Maïdan comme un mouvement spontané de révolte populaire contre l’autoritarisme et la russophilie du président Ianoukovitch, ces journalistes n’ont presque jamais évoqué la déclaration de Victoria Nuland, datant de décembre 2013, selon laquelle les Etats-Unis auraient investi, depuis 1991, dans l’opposition ukrainienne, plus de 5 milliards de dollars pour aider l’Ukraine à réaliser “l’avenir qu’elle mérite“. (14) 
Emanant de la Secrétaire d’Etat adjointe des Etats-Unis chargée de l’Europe, ces propos n’auraient-ils pas dû susciter la curiosité des journalistes rendant compte des événements d’Ukraine ? D’autant que “Victoria Nuland est l’épouse de Robert Kagan, l’un des chefs de file des néoconservateurs, ultrasioniste et antirusse acharné, cofondateur avec l’ancien conseiller de George W. Bush, William Kristol, du think tank Project for a New American Century (PNAC devenu en 2010 le Foreign Policy Initiative, FPI) qui a convaincu l’administration états-unienne de lancer les guerres d’Afghanistan et d’Irak, et qui a été la cheville ouvrière américaine de la Lettre des 115 contre Poutine en 2004. (15) 
Les médias occidentaux ont imputé aux policiers anti-émeute du gouvernement Ianoukovitch les tirs qui ont tué plus de 8o manifestants sur la place Maïdan à la mi-février 2014 et assuré le succès du putsch. Depuis lors, toutefois, des témoignages sont venus infirmer cette imputation. Comment se fait-il qu’ils n’aient guère intéressé les journalistes ? 
Le 2 mai 2014, à Odessa, 40 militants prorusses ont péri dans l’incendie volontaire du bâtiment dans lequel ils s’étaient réfugiés. Depuis lors aussi, des témoignages sont intervenus qui en attribuent la responsabilité à des miliciens d’extrême droite favorables au nouveau régime. Pourquoi les journalistes occidentaux, qui avaient couvert, pendant des mois, les manifestations de Maïdan, n’ont-ils guère rendu compte de cet événement ? 
Quelques jours avant le référendum du 16 mars 2014 organisé par les autorités de la Crimée, avec le soutien de la Russie, la Maison blanche avait annoncé que “le référendum proposé sur l’avenir de la Crimée violait la constitution ukrainienne et le droit international“. La presse occidentale endossa presque à l’unisson cette prise de position ainsi que son corollaire, la prétendue “annexion“ de la Crimée par la Russie, et considéra comme négligeable le fait que ce référendum plébiscitât le rattachement de la Crimée à la Russie. Seule une revue suisse rappela que ce référendum de mars 2014 confirmait les résultats du référendum que les Criméens avaient organisé en 1991, lors de l’éclatement de l’Union soviétique. (16) 
Dès l’annonce du crash du vol MH17 de la Malaysian Airlines au-dessus du territoire de l’Ukraine oriental, le 17 juillet 2014, “le président Obama et le Secrétaire d’Etat John Kerry ont pointé du doigt la Russie. Sans aucune preuve.“ Et, dans son immense majorité, la presse occidentale mit en accusation la Russie ou les séparatistes ukrainiens pro-russes. 
Il y a plus grave. “A aucun moment, la presse occidentale, pourtant si attentive aux droits de l’homme lorsqu’ils concernent une Pussy Riot ou le blogueur d’opposition russe Alexei Navalny, n’a relevé que le bombardement des populations civiles de Donetsk ou de Lougansk par l’armée ukrainienne violait les conventions de Genève et relevait du crime de guerre.“ (17) 
Si la russophobie affecte l’immense majorité des médias occidentaux, elle atteint des proportions extrêmes dans certains journaux. “En six mois, le journal suisse Le Temps a annoncé pas moins de 36 fois, en gros, en petits ou en moyens caractères, une invasion russe dans le Donbass.“(18) 
Pourquoi tant de partialité et pareille absence de questionnements ? Guy Mettan cite les controverses qui ont surgi en Allemagne lors de la mise en cause des pressions exercées par l’OTAN sur la presse, mise en cause qui a été confirmée par une étude de l’Institut allemand du journalisme. (19) Puis il avance l’explication suivante : 
“Les médias n’ont jamais été indépendants et les journalistes savent que l’objectivité n’existe que dans les manuels d’éthique. Mais, depuis quinze ans, la crise des médias traditionnels, suite à l’effondrement des recettes publicitaires et à l’émergence des médias sociaux, a gravement obéré le souci de vérité. Le sujet est tabou chez les journalistes. Car la peur de perdre son poste, de froisser les annonceurs et de se voir privé du soutien des pouvoirs publics est devenue une raison de balayer la curiosité et de se conformer aux attentes présumées des pouvoirs politiques ou économiques. 
On pourrait beaucoup mieux pardonner ces partis pris et ces manquements si la presse occidentale n’était pas outrageusement donneuse de leçons. Passe encore que nous soyons faibles et partisans, mais alors de quel droit décrétons-nous que les journalistes de Pékin et de Moscou sont vendus aux pouvoirs en place et que ceux d’Al Jazeera, de Cuba ou du Vénézuéla font de la propagande au lieu d’informer ?“ (20) 
  
Une guerre de mille ans 

Comme nous l’avons déjà indiqué en tête de ce compte rendu, la deuxième partie du livre de Guy Mettan est de loin la plus longue. Il a fallu à Guy Mettan une grande audace pour se plonger dans l’histoire de la politique et de la théologie de Byzance dans le premier millénaire ainsi que dans celle de Pépin le Bref, de Charlemagne et de la papauté de l’époque pour y retracer les prémices de ce qui deviendra, dans le deuxième millénaire la russophobie. Il s’appuie, dans cette entreprise, sur les ouvrages de plusieurs spécialistes qui figurent dans sa bibliographie. Bien que cette partie du livre de Guy Mettan se lise comme un roman policier, nous nous contenterons d’en résumer ci-après les articulations principales étant donné l’éloignement temporel des évolutions analysées. 
Qu’il nous soit permis d’émettre, toutefois, une remarque critique sur le titre : Le mot “guerre“ nous paraît contestable : il eût mieux valu, nous semble-t-il, opter pour un titre comme “Mille ans d’hostilité“. 
Après la chute, en 476, de l’Empire romain d’Occident, c’est l’Empire romain d’orient de Byzance qui prit le relais. Alors que Rome tombait en ruine et perdait les neuf dixièmes de ses habitants, Byzance affirmait sa puissance et abritait, jusqu’en 1200, les débats des savants et théologiens de la chrétienté. 
A l’époque, “l’Eglise primitive reconnaît l’autorité du pape, mais comme celle d’un primus inter pares selon la formule de Saint Pierre. Le pape n’a pas le pouvoir de décider seul mais seulement de convoquer et de présider les conciles. Sur le plan institutionnel, l’Eglise est organisée en patriarcats, sous l’égide de cinq patriarches (Jérusalem, Antioche, Alexandrie, Constantinople et Rome) égaux en droit et dont les professions de foi doivent être agréées par les autres pour qu’ils puissent exercer pleinement leur magistère.“ (21) 
Une divergence apparut très tôt dans le libellé du credo tel que formulé par le Concile de Nicée en 325. Pour les uns, le Saint Esprit procéderait du Père, pour les autres, il procéderait du Père et du Fils (Filioque). Cette divergence devint progressivement une dissension, les orthodoxes s’en tenant à la première formulation, les catholiques à la seconde. 
C’est sous Charlemagne que l’Eglise d’occident paraît avoir opté pour cette seconde formulation. Par la suite, la papauté invoqua la prétendue Donation de Constantin, qui accordait au pape la primauté sur les Eglises d’orient. “La vérité sur ce faux document ne fut révélée qu’en 1430, cinq siècles après qu’il eut déployé tous ses effets.. En 1054, selon la tradition retenue en Occident, le schisme fut consommé et les deux chrétientés, comme les deux empires, évoluèrent séparément.“ (22)  
“La poussière des siècles et l’épaisseur des préjugés aidant - écrit Guy Mettan - les historiographes et l’Occident tout entier se sont mis à parler du “grand schisme d’Orient“, alors que d’évidence il aurait fallu parler du grand schisme d’Occident. La mystification a si bien réussi que les catholiques romains et les Occidentaux athées sont désormais convaincus que c’est l’Eglise d’Orient qui a fait sécession, alors qu’il s’agit bien de l’inverse. Aujourd’hui encore, la tromperie opère et très peu d’historiens occidentaux, Steven Runciman mis à part, et encore moins l’Eglise romaine, se sont attachés à rétablir la vérité historique. 
Le fait que l’Empire byzantin était en train de s’affaiblir, alors que les royaumes européens étaient au contraire en pleine ascension, a également joué en défaveur des Orientaux. Les vaincus n’ont pas, ou plus d’histoire. Mais le schisme et le travestissement de l’histoire ont ouvert des plaies qui continuent à empoisonner l’Europe comme on peut le constater avec les tensions entre l’Occident et la Russie.“ (23) 
Après deux siècles de domination mongole, la Russie qui s’était d’abord constituée autour de Kiev se reconstitua autour de Moscou dès le XIVe siècle. Et, après la chute de Constantinople en 1453, le souverain russe se considéra d’emblée comme successeur de l’Empire romain d’Orient, il prit le titre de Czar, contraction de César, et Moscou se présenta comme la troisième Rome, en écho au Saint Empire de la nation germanique. 
Telles sont, très résumées les évolutions et les dissensions théologiques, ecclésiales et politiques qui servirent de terreau à la russophobie moderne et contemporaine qui toutefois se para d’argumentaires différents selon les pays comme nous l’allons voir. 
  
La russophobie française et le mythe du despotisme oriental 

Guy Mettan consacre une quarantaine de pages à retracer la genèse et l’évolution de la russophobie française. Nous n’en retiendrons ici que les contributions les plus marquantes. 
L’une d’entre elles est due à Napoléon qui, à la veille d’engager la Grande Armée dans la campagne de Russie, chargea un dénommé Charles-Louis Lesur d’écrire un livre de propagande contre la Russie qui parut en 1812 sous le titre Des progrès de la puissance russe depuis ses origines jusqu’au XIXe siècle. Cet ouvrage qui connut nombre de rééditions et de traductions eut un immense succès. Il commente sur 500 pages un prétendu testament expansionniste de Pierre le Grand, long de deux pages. L’auteur préconisait la mise en quarantaine de la Russie. Ce n’est qu’en 1879 que ce prétendu testament fut démontré être un faux, mais la découverte de la supercherie ne nuisit pas au succès des idées de Lesur. 
Si Voltaire et les partisans du despotisme éclairé eurent de la sympathie pour la Russie, Montesquieu et Tocqueville la tiendront comme un contre-modèle politique du fait de son “despotisme oriental“. 
Selon Guy Mettan, “l’apogée de la russophobie française sera atteint en 1843 avec la publication des notes de voyage d’Astolphe de Custine, La Russie en 1839“. Selon lui, “seule une conversion de la Russie au catholicisme pourrait implanter dans l’empire des tsars la réalité d’une civilisation européenne“. (24) 
  
La russophobie anglaise ou l’obsession de l’empire 

Guy Mettan lui consacre aussi une quarantaine de pages que nous résumons sommairement. 
De russophile au temps de Napoléon, la Grande-Bretagne devint russophobe sitôt Napoléon vaincu par la Russie. 
Contrairement à la russophobie française, l’anglaise n’est pas d’origine religieuse, philosophique ou anti-despotique mais obéit à une obsession géopolitique, car l’Angleterre se heurtait à la Russie tant en Europe (Pologne, Question d’Orient) qu’en Asie centrale où, pour contrer l’expansion russe, le Royaume-Uni déclencha deux guerre préventives en Afghanistan pour assurer la protection des Indes britanniques. 
C’est ce que l’on appela le Grand Jeu. La guerre de Crimée fut le seul affrontement militaire des impérialismes anglais et russe. Cette première guerre moderne de l’histoire, du fait des nouvelles armes utilisées, des bateaux à vapeur, des chemins de fer et du rôle de la presse, tourna à l’avantage des Anglais et de leurs alliés français, mais au prix de lourdes pertes. 
“En conclusion - écrit Guy Mettan – on peut affirmer que la russophobie anglaise n’atteint pas les hauteurs doctrinales de la russophobie française, mais qu’elle compense largement ce handicap par une efficacité, une imagination et une créativité débordantes. Loin de se confiner aux cercles intellectuels, elle s’empare de la grande presse, de la caricature et du roman, deux techniques très populaires, et poussera très loin l’art du soft power.“ (25) 
  
La russophobie allemande : du Lebensraum à l’ostracisme mémoriel 

Guy Mettan lui consacre plus de cinquante pages qui brossent un tableau de l’évolution des idées et des mentalités allemandes sur plus de deux siècles. Comme ce chapitre est particulièrement important dans la démonstration de l’auteur, nous lui accorderons plus de place qu’aux chapitres précédents et nous multiplierons les citations. 
Tout commence avec la vision romantique de la germanité des auteurs comme Lessing, Herder, Goethe, Schiller et Hölderlin, à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècles, qui sont tous antérieurs à la nation allemande. Celle-ci naîtra en janvier 1871 après que la Prusse de Bismarck eut vaincu l’Autriche à Sadowa en 1866 et obtenu d’elle qu’elle abandonnât la couronne du Saint Empire romain germanique, puis qu’elle eut battu la France de Napoléon III à Sedan, ce qui lui permit d’annexer la plus grande partie de l’Alsace et de la Lorraine. A cette date Guillaume 1er de Prusse prit le titre de Kaiser (César). Commence alors une période d’industrialisation accélérée qui suscita une préoccupation croissante pour l’espace vital (Lebensraum) puis une résurgence des visées annexionnistes médiévales sur l’Europe de l’est (Drang nach Osten). 
Friedrich Meinecke (1862-1954), l’un des principaux contributeurs de la notion de germanité (Deutschtum), dans un livre à succès paru en 1908, parlait de la “bestialité des slaves“. L’impérialisme allemand instrumentalisa la peur du panslavisme naissant pour présenter la Russie comme un agresseur potentiel, ce qui prépara l’opinion allemande à l’idée qu’une guerre avec elle était inévitable. (26) 
“En 1914, l’Allemagne, devenue très russophobe (mais aussi très antibritannique et antifrançaise, quoique de façon différente car ces deux pays sont placés sur le même niveau culturel que l’Allemagne) reste un pays humaniste. La supériorité de la culture ne s’est pas encore muée en supériorité de la race. L’Allemagne légitime ses ambitions par la culture, à l’instar de la France et de la Grande-Bretagne qui justifiaient les leurs par la “mission civilisatrice“ qu’elles prétendaient remplir dans leurs colonies.“ (27) 
On connaît la suite, le désastre de la Ière Guerre mondiale, la honte de la défaite, la misère de la Grande dépression, puis l’accession au pouvoir de Hitler. Le nazisme tenait les Russes et tous les slaves comme des races inférieures ne valant guère mieux que les Juifs et les Noirs. 
Après le désastre de la IIe Guerre mondiale, à la faveur de la guerre froide et de la conversion des Allemands à la démocratie, une manière de révisionnisme s’est installée tant en Allemagne que dans les pays occidentaux à l’effet de gommer la contribution de l’URSS, et donc des Russes, à la Victoire. 
L’initiateur en fut l’historien allemand Ernst Nolte qui, dans son ouvrage de 1989, Der europäische Bürgerkrieg 1917–1945. Nationalsozialismus und Bolschewismus (La Guerre civile européenne 1917-1945 : national-socialisme et bolchévisme). Sa thèse consiste à voir dans le nazisme une réaction tant au bolchévisme qu’à la démocratie, à relativiser les crimes nazis au regard de ceux commis par les Soviétiques, et finalement à présenter les soldats allemands du front de l’est comme “des défenseurs de l’Europe contre les hordes asiatiques“. Si les idées de Nolte ont reçu le soutien de plusieurs historiens dont François Furet, elles ont aussi été critiquées par Jürgen Habermas et l’Ecole de Francfort, suscitant une grande controverse connue sous le nom de Historikerstreit, de querelle des historiens. 
Les pays est-européens issus du bloc soviétique se sont emparés des thèses de Nolte pour se présenter comme des victimes de l’URSS et donc des Russes. “Cette tendance à réécrire l’histoire pour en évincer la Russie est si lourde que le 27 janvier 2015, alors qu’on célébrait le 70eanniversaire de la libération du camp d’Auschwitz, la Pologne n’a même pas jugé utile d’inviter le président Poutine aux commémorations. Son ministre des Affaires étrangères, Grzegorz Schetyna a même eu le culot d’affirmer que le camp d’Auschwitz avait été libéré par « des troupes ukrainiennes ». Le révisionnisme s’est installé au sommet de l’Etat polonais sans qu’aucun des chefs d’Etat européens présents aux commémorations y trouve quoique ce soit à redire.“ (28) 
Pour disqualifier le rôle des Soviétiques dans la chute du nazisme, on tait le fait que si le débarquement de Normandie a réussi, “c’est d’abord grâce au sacrifice de dizaine de milliers de soldats de Joukov qui menaient une offensive sur le front de l’est (opération Bagration) pour fixer les troupes allemandes et empêcher la Wehrmacht de transférer ses blindés en France.“ (29) 
Pour Guy Mettan, on se trouve en présence d’un ostracisme mémoriel redoutablement efficace : 
“De nombreux historiens occidentaux d’aujourd’hui se comportent exactement de la même manière que les théologiens du pape il y a mille ans : à force de réécrire l’histoire, de s’appuyer sur des documents discutables et d’« oublier » les documents gênants, ils ont pu réécrire l’histoire en effaçant la Russie de la mémoire européenne, comme les théologiens l’avaient fait avec Byzance six cents ans auparavant. Ne reste plus, ensuite, qu’à faire porter la responsabilité aux Orientaux. Si elle réussit, avec l’oubli du temps et la mort des témoins, la manœuvre atteindra le même but : évincer le souvenir de la Russie comme libératrice du nazisme pour installer à sa place le mythe d’une libération atlantiste de l’Europe. Et faire porter la responsabilité des guerres mondiales sur la Russie comme on a mis celle du Grand Schisme sur Byzance.“ (30) 
Oubliés aussi les 26 millions de morts soviétiques, dont 14 millions de morts russes. (31) 
Et Guy Mettan de conclure son chapitre sur la russophobie allemande de façon délibérément provocante : 
“Voilà comment, du jour au lendemain, l’Europe s’est réveillée à l’heure allemande, sans réaliser ce qui lui est arrivé. Voilà comment, en moins d’un quart de siècle, sans coup férir et sous les applaudissements du public, l’Allemagne vient de gagner la Première et la Deuxième Guerre mondiales.“ (32) 
  
La russophobie américaine ou la dictature de la liberté 

Le titre de ce chapitre peut paraître paradoxal. Mais le lecteur comprend vite qu’il s’agit, en fait, de la liberté économique ou de la dérégulation et non point de la liberté au sens politique et humaniste. La russophobie américaine consacre une manière de synthèse des russophobies française, anglaise et allemande. L’auteur y développe sur une cinquantaine de pages l’histoire et l’évolution des doctrines géopolitiques américaines et des événements qui déboucheront sur la russophobie américaine laquelle éclatera au lendemain de la IIe Guerre mondiale. Compte tenu de son actualité, nous lui consacrerons ci-après une place relativement importante. 
Parmi les initiateurs intellectuels de l’impérialisme américain, figurent deux stratèges globaux, le Britannique Mackinder et l’Américain Spykman qui inspireront George Kennan, directeur des Affaires politiques au Département d’Etat, auteur d’un article célèbre publié en 1947. Cet article préconisait le “containment“, l’endiguement, de la puissance soviétique. Car c’est avec l’identification de la Russie et de l’Union soviétique au “péril rouge“ que naît, avec la guerre froide, la russophobie américaine. 
En 1975, les Accords d’Helsinki, d’où procédera l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), donneront aux Etats-Unis l’occasion de renouveler la propagande antisoviétique en l’axant sur la lutte en faveur des droits de l’Homme. Washington suscitera des organisation non gouvernementales (ONG) telles que Helsinki Watch et Human Rights Watch qui exerceront une surveillance permanente sur l’URSS et les Etats du bloc soviétique, puis sur la Russie et les Etats qui lui resteront proches après 1991. 
Mais, après l’implosion de l’URSS, deux personnalités publiques spécialistes des relations internationales tiendront un rôle tout particulier dans l’hostilité de la politique américaine envers la Russie jusqu’à nos jours, à savoir Zbigniew Brzezinski et Joseph Nye. 
D’origine polonaise et très proche des nationalistes baltes antirusses, Brzezinski a été conseiller à la sécurité nationale du président des États-Unis   Jimmy Carter, de 1977   à 1981, et il a conservé une influence sur la politique étrangère des Etats-Unis jusqu’à présent. Auteur de plusieurs livres théorisant l’hégémonisme des Etats-Unis, il militera pour l’extension de l’OTAN à l’est, notamment en Ukraine, et pour le démembrement de la Russie : 
“Une Russie décentralisée aurait moins de visées impérialistes. Une confédération russe plus ouverte, qui comprendrait une Russie européenne, une république de Sibérie et une république extrême orientale, aurait plus de facilités à développer des liens économiques étroits avec l’Europe, les nouveaux Etats de l’Asie centrale et l’Orient, ce qui accélérerait également son propre développement. Chacune de ces trois entités serait également plus apte à explorer le potentiel créatif local, étouffé pendant des siècles par la lourde bureaucratie de Moscou. (33) 
Joseph Nye fut adjoint au sous-secrétaire d'État   dans l'administration Carter   et il occupa le poste de secrétaire adjoint à la Défense sous l'administration Clinton   (1994-1995). “Aujourd’hui professeur à la Kennedy School of Government de l’Université de Harvard, Nye est considéré comme l’un des plus éminents penseurs libéraux de la politique étrangère, son collègue Samuel P. Huntington occupant le bastion conservateur.“ (34) Son apport principal à la politique étrangère des Etats-Unis, et donc à la russophobie américaine, est son insistance sur la capacité des Etats-Unis à séduire et à persuader les autres Etats et l’opinion publique, capacité qu’on appelle de nos jours la soft power, sans avoir à recourir aux moyens de contrainte militaire, la hard power
Les agents de la soft power américaine sont les think tanks, ces cercles de réflexions et d’experts “qui ne cessent de proliférer à travers toutes sortes de fondations aux noms ronflants“ et “fournissent la matière première qui alimente les médias sur les sujets chauds du moment“. 
En sont également les organisations non gouvernementales (ONG) qui “se sont multipliées et constituent désormais le gros des effectifs d’une société civile en pleine conquête de l’espace médiatique, des enceintes onusiennes et autres organisations internationales multilatérales telles que le Conseil de sécurité à New York et le Conseil des droits de l’Homme à Genève. 
Cette société civile, depuis que Kofi Annan lui a ouvert généreusement l’accès à l’ONU, porte très bien son nom. Il s’agit du bras civil qui complète le bras armé de la puissance américaine puisque ces organisations sont souvent dirigées par des Américains et financées par des gouvernements occidentaux via un réseau souvent très opaque de fondations privées, dont la Fondation Open Society du milliardaire hongro-américain George Soros et l’une des plus connues.“ (35) 
Les acteurs politiques du lobby antirusse qui agissent notamment au travers des think tanks et des ONG sont au nombre de trois : 
1.- Les faucons militaires qui veulent faire des Etats-Unis la puissance hégémonique et réduire la Russie à un Etat sujet ; ils s’expriment par le Wall Street Journal, de l’Eurasia Daily Monitor, et se retrouvent dans le Center for Strategic and International Studies, les Fondations Jamestown et Heritage, dans la Hoover Institution, le Hudson Institute et la Brookings Institution ; ils ne cessent de dénoncer les “ambitions impériales“, le chantage énergétique“ et la “brutalité sauvage des Russes“. 
2.- Les faucons libéraux, sont aussi agressifs contre la Russie que les militaires, mais s’en distinguent sur des questions de politique intérieure et sont souvent démocrates ; ils s’expriment dans le New York Times et le Washington Post et se retrouvent dans Le Carnegie Endowment for International Peace, la Freedom House, le National Endowment for Democracy, le National Democratic Institute, la Fondation Soros ou le German Marshall Fund. 
“Plus à l’aise avec les mots qu’avec les armes, les milieux libéraux antirusses ont avant tout mobilisé les ressources du soft power contre Moscou en finançant notamment les nombreuses ONG créées pour l’occasion et destinées à provoquer des révolutions orange, comme celles qui ont eu lieu avec succès en Ukraine en 2004 et 2014, en Géorgie en 2004 et au Kirghistan en 2005.“ 
3.- Le clan des nationalistes est-européens, représentés par des Américain d’origine est-européenne, tels Madeleine Albright, George Soros et Zbigniew Brzezinski. (36) 
Guy Mettan donne plusieurs exemples des interventions antirusses réussies des ONG auprès de l’opinion publique mondiale. Nous n’en signalerons ici qu’une seule, l’arrestation (pour « vol parescroquerie   à grande échelle » et « évasion fiscale  », ce que ne précise pas Guy Mettan !) de l’oligarque Mikahail Khordokovski, patron du groupe pétrolier russe Ioukos, en 2003. 
“Au début des années 2000, Khordokovski se rapproche de la famille Bush et du groupe Carlyle ainsi que des pétroliers américains : le groupe Ioukos noue des alliances avec les groupes américains Exxon Mobil et Chevron Texaco, qui étaient supposés racheter la majorité des parts de Ioukos en 2003. 
La vente des parts de Ioukos à hauteur de 20 milliards de dollars aurait placé l’une des plus importantes sociétés russes d’exploitation des ressources naturelles sous le contrôle d’investisseurs américains. Sous l’influence de ses amis américains qui multiplient les articles dans les médias, Khordokovski devient rapidement une icône de la liberté d’expression bafouée par le pouvoir russe. Des dizaines de milliers d’articles lui sont consacrés pendant les dix ans que durera sa détention, aux titres très explicites.“ (37) 
  
La russophobie, mode d’emploi 

La troisième partie de l’ouvrage est divisée en deux chapitres, l’un consacré à la novlangue antirusse, l’autre à la fabrication du méchant et au mythe de l’ours féroce. 
  
La novlangue antirusse. 

Le terme de “novlangue“ est emprunté à l’ouvrage de George Orwell, 1884. La propagande antirusse s’impose au moyen de “distorsions cognitives“ peu visibles pour le profane, car elles sont façonnées par des professionnels. “Les dizaines de spécialistes de la communication mis à la disposition du gouvernement ukrainien, aussitôt après l’éclatement du conflit, ont ainsi très bien réussi à formuler la “novlangue“ antirusse des médias occidentaux.“ (38) 
La première technique dans la constitution de cette “novlangue“ réside dans le choix des mots. Ainsi, au lieu de parler de rebelles séparatistes, on dira “terroristes armés par les Russes“, au lieu de parler du “retour de la Crimée au sein de la mère patrie russe“ on dira “l’annexion de la Crimée par la Russie“. Ce sont des professionnels de la communication qui fabriquent les “éléments de langage“. (39) 
La deuxième technique réside dans le choix des sources. “Pratiquement tous les experts cités sur la Russie, la tragédie de Beslan, les élections, la Tchétchénie, la guerre en Ukraine, les effets des sanctions, sont des gens qui travaillent pour des think tanks américains ou européens, des responsables d’ONG financés par des fonds américains ou européens des officiels du gouvernement ukrainien, des militaires affiliés à une officine de l’OTAN élégamment masquée en “Center for European Democracy and Security“, “Institute for Free Press Freedom and Human Rights“ ou autre “Centre d’analyse pour la paix“.“ (40) 
La troisième technique réside dans un “recadrage abusif par une sélection arbitraire des faits, du point de départ ou des causes d’un événement“. “Un des grands classiques consiste à fixer une date de démarrage des événements qui favorise un camp plutôt qu’un autre : le procédé est généralement sans péril car le choix d’une date de départ prête toujours à controverse. Prenons le cas de l’Ukraine. Toutes celles et tous ceux qui ont suivi le déroulement des événements auront été frappés par l’habitude que les grands médias antirusses ont prise de dater le conflit ukrainien de mars 2014, soit de la période où “l’annexion“ de la Crimée, comme ils l’appellent, a eu lieu. Les manifestations de Maïdan ont quasiment disparu de la datation de la crise pour la simple raison que faire remonter la crise de la Crimée ou du Donbass au mois de février obligerait à rappeler que le nouveau régime de Kiev est issu d’un coup d’Etat imposé par la rue et que la première décision prise par les putschistes a été d’abolir l’enseignement de la langue russe en Ukraine, pourtant parlée par 45% des Ukrainiens. Tandis qu’en faisant remonter la crise à l’annexion de la Crimée par la Russie, on pointe du doigt la seule et unique responsabilité e la Russie dans l’éclatement de la crise.“ (41) 
Une autre technique consiste à imposer la dichotomie entre “nous“ et “eux“, suggérant insidieusement une distorsion affective et une répulsion subliminale… 
Dans le même chapitre, l’auteur examine un “nouvel avatar du soft power, la théorie du gardien de brebis, c’est-à-dire de se tenir à l’arrière du troupeau, et non à l’avant pour le guider. 
“L’expression a été employée au printemps 2011 par un conseiller de Barack Obama à propos de sa stratégie de bombardement de la Libye. En laissant faire les Européens, il a pu obtenir l’aval du Conseil de sécurité sans brusquer la Russie et la Chine, ce que Clinton et Bush n’avaient pas réussi lors du bombardement de la Serbie en 1999 et de l’invasion de l’Irak en 2003.“ (42) 
L’auteur évoque enfin les références religieuses récurrentes dans le discours américain de politique internationale. “Ce messianisme fondé à la fois sur la foi en Dieu et la puissance du dollar est à la base du soft power américain et de la force d’attraction inégalée des Etats-Unis. Il procure à ceux qui le propagent, missionnaires d’ONG promouvant l’évangile démocratique ou apôtres de la finance prêchant la libre circulation du capital, la force de la sincérité. Les Américains croient ce qu’ils disent et ont foi dans ce qu’ils font. Ils se sentent donc habilités à convertir les schismatiques et à brûler les hérétiques sous le napalm, avec le même inébranlable enthousiasme que les moines de l’Inquisition espagnole mettaient à convertir les Juifs, les musulmans et autres païens lors de la Reconquête espagnole et de la Conquête sud-américaine.“ (43)
  
La fabrication du méchant et le mythe de l’ours féroce 

La fabrication du méchant est une pratique fort ancienne puisqu’elle apparaît déjà dans les sociétés primitives. Elle est toujours d’actualité. Saddam Hussein qui avait été choyé par les Américains lorsqu’il attaqua l’Iran de l’ayatollah Khomeiny en 1980, est “soudain devenu l’homme à abattre lorsqu’il chercha, en 1991, à récupérer le Koweït, émirat pétrolier créé de toutes pièces par le colonialisme anglais sur un territoire arraché de force à l’Irak historique en 1914. Il a fini pendu en 2014 après avoir perdu la guerre que les services américains lui avaient livrée sous prétexte d’armes de destruction massive qui n’avaient jamais existé.“ (44) 
La diabolisation de Poutine a commencé il y a quinze ans et elle a donné lieu à quantité de livres accusateurs, davantage d’articles et de caricatures et des centaines de couvertures de magazines plus sinistres les unes que les autres, comme l’auteur invite ses lecteurs à le constater sur la Toile sous la rubrique “Putin covers“. Mais cette diabolisation comporte son revers. “Les titres, les photomontages, la violence des accusations sont si excessifs qu’ils finissent par faire effet contraire : à force de constater tant d’injustice dans la présentation du personnage, on doit faire un effort pour ne pas se prendre de sympathie pour lui. Une telle diabolisation fascine et finit par vous rendre le diable sympathique !“ (45) 
Cette diabolisation s’inscrit dans un grand récit russophobe infiniment complexe, et même dans un métarécit, comme disent les analystes du langage. Sa finalité est de délégitimer Poutine dans l’opinion publique. 
“De fait, le métarécit, en englobant divers mythes, cherche à transformer la situation présente. Il a donc une fonction essentiellement politique. Mais pour ce faire, le métarécit doit aussi transformer le passé. Ce qui explique pourquoi le discours russophobe dominant est si avide de réécrire l’histoire. L’ostracisme mémoriel évoqué plus haut a pour mission essentielle d’effacer le rôle historique de la Russie en Europe afin de faire place nette à la mythologie postmoderne d’une Europe unie et atlantiste autour d’un axe Varsovie-Berlin-Bruxelles-Paris-Londres-Washington. 
Il s’agit, comme au temps de Charlemagne et des premiers empereurs romains germaniques appuyés par les théologiens du pape, d’effacer Moscou de la conscience européenne comme on l’avait fait avec Byzance. L’unité et l’avenir de l’Occident sont à ce prix. C’est en tout cas ce qu’estiment les théologiens postmodernes qui sont en train de construire le mythe de l’union euro-atlantique en lui opposant le mythe de l’ours russe menaçant.“ (46) 
Guy Mettan conteste les imputations malveillantes faites à la Russie en rappelant que c’est un pays à la “géographie extravagante“ qui s’étend sur onze fuseaux horaires, ce qui n’est pas sans conséquences sur le poids de l’Etat fédéral. D’où de fréquents malentendus. “Pour un libéral occidental, l’absence d’Etat est un rêve. Pour un Russe, c’est un cauchemar.“ (47) 
  
Conclusion 
 “L’Occident et le miroir russe, esquisse d’un contre-mythe“. 

Dans sa conclusion Guy Mettan rappelle l’objectif qu’il a poursuivi en écrivant son ouvrage et précise ce qui l’anime : 
“Il faut changer le discours, le faire évoluer loin du mensonge originel et insister sur le fait que dans un schisme, comme dans un divorce, on est deux et que les responsabilités sont partagées. A défaut d’une réconciliation, ce serait déjà un premier pas. 
Dans un second temps, il n’est pas exclu qu’une génération neuve, dotée d’un esprit de finesse plutôt que d’un esprit de géométrie borné, comme dirait Pascal, renonce à se définir contre l’Autre, mais avec lui. Comme l’ont fait les Allemands et les Français dans les années 1950. 
Inclure, réinclure sur un pied d’égalité la Russie en Europe, n’est-ce pas là le vrai sens des valeurs que les Lumières françaises et anglaises avaient proclamées en XVIIIe siècle, avant que les ambitions impérialistes et la volonté de dominer ne les pervertissent.“ (48) 
Et la conclusion s’achève sur une parabole. 
Nous tenons cet ouvrage pour une contribution exceptionnellement importante à la démystification des relations internationales. Aussi espérons-nous qu’il sera traduit en anglais et dans bien d’autres langues. 

 IVO RENS 
 Genève, 18 juin 2015.
  


_______________________________________________________________________________________


Géopolitique de la Russie et de son environnement


samedi 23 janvier 2016, par Pierre VERLUISE.

L'auteur : Docteur en Géopolitique, Pierre Verluise est le Directeur du 1er site géopolitique, Diploweb.com. Auteur ou co-auteur d’une vingtaine d’ouvrages. Chercheur associé à la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS).

Retrouvez l'article à cette adresse : http://www.diploweb.com/Geopolitique-de-la-Russie-et-de,1480.html 1 429 pages de référence sur la géopolitique de la Russie, à travers l’espace et le temps. Un document pdf gratuit, désormais incontournable pour saisir les ruptures et les continuités d’un pays-continent bien décidé à s’imposer.

COMPRENDRE la géopolitique de la Russie – 17 millions de km2 – et de son environnement à la fois dans la profondeur de l’espace et dans l’épaisseur du temps. Voici l’objectif de cette sélection de 39 documents aux signatures prestigieuses. Il s’agit de proposer des points d’appuis et des références. Par la grâce de la recherche et du numérique, voici rassemblés des auteurs comme Michel Heller, Irina Alberti, Stephan Wilkanowicz, François Thom, Céline Bayou, Jean-Sylvestre Mongrenier, Philippe de Suremain, ChristopheAlexandre Paillard, Maxime Lefebvre, Patrice Gourdin, Laurent Chamontin, Florent Parmentier, Cyrille Bret, Kévin Limonier et tant d’autres. L’abondance et la qualité de cet ouvrage pdf mis à disposition des lecteurs du Diploweb.com témoigne du soin apporté au suivi de ce pays-continent.
429 pages pour saisir - gratuitement - un pays-continent décidé à ne pas se laisser oublier.

Pour télécharger l'ouvrage :

site    
www.diploweb.com/


______________________________________________________


 

Russie

Pour découvrir les enjeux géopolitiques et les intérêts géostratégiques de la Russie contemporaine :

http://www.diploweb.com/-Russie--.html




_______________________________________________________________________________________



 



 


 PARUTIONS RELATIVES A LA RUSSIE ET L'UKRAINE

Le traitement systématiquement négatif de la Russie dans les médias français et occidentaux est indiscutable : corruption, guerres dans le Caucase, atteinte aux droits de l’homme, opposition politique interdite, attentats à Moscou, discothèques qui brûlent, démographie qui s’effondre, minorités sexuelles menacées… Même lorsque la Russie mène seule une guerre juste en Syrie contre ce danger pour la France qu’est l’Émirat islamique, comme les derniers attentats nous l’ont démontré, les médias s’en prennent au Kremlin qui serait une menace pour la paix et la sécurité.
Ce traitement médiatique n’est pas le fruit du hasard. Il est en réalité l’une des facettes de la guerre totale menée contre la Russie renaissante. Une guerre qui monte en intensité au même rythme que le réveil russe bouscule l’agenda voulu par des élites occidentales souhaitant imposer à la Russie, comme à l’Afrique ou l’Amérique du Sud, une occidentalisation forcée sous domination morale, politique, économique et spirituelle américaine. Une guerre qui traduit l’emprise quasi totale sur le monde médiatique, politique et intellectuel français d’une nouvelle idéologie, l’atlantisme, cette variante européenne du néoconservatisme américain.
Pour Alexandre Latsa, la France doit briser cette dynamique qui l’engage sur une trajectoire extrêmement risquée pouvant mettre en péril sa sécurité et même son existence. La France doit ressurgir par une nouvelle trajectoire stratégique et historique qui lui permette d’initier son retour dans l’histoire. Elle pourrait pour cela prendre modèle sur la Russie dont chacun pensait, au cœur de cet hiver 1999, qu’elle était au bord de la disparition, alors que le pays allait, au contraire, connaître une incroyable renaissance, que l’on peut qualifier de printemps russe.


Alexandre Latsa est un français qui réside et travaille en Russie comme chef d’entreprise, blogueur, commentateur, auteur également de livres en anglais et en russe. Dans cet ouvrage, son premier en langue française, il témoigne, chiffres à l’appui, sur la réalité de la Russie d’aujourd’hui, bien éloignée des clichés habituels véhiculés par les médias français.
Et s’il insiste sur une meilleure compréhension de la Russie, c’est pour en appeler surtout à la réconciliation continentale et au renouveau de l’amitié franco-russe : “La France et la Russie sont deux pays qui, par-delà les aléas de l’histoire, sont éternellement liés. Liés par leur position géographique stratégique, qui fait d’eux les façades du continent eurasien. Liés sur le plan spirituel, car la fille aînée de l’Église et la Troisième Rome représentent les deux formes de la grande tradition de l’Église, l’orientale et l’occidentale. La France et la Russie sont par conséquent les deux poumons d’un seul et même organisme. Liés aussi car la France et la Russie sont des géants culturels, illustrant à merveille le génie de la civilisation paneuropéenne. Liés enfin car nos deux pays sont, par leur statut de géants économiques et de puissances nucléaires, les garants de la paix sur le continent et les pierres angulaires d’un potentiel nouvel ordre mondial, multipolaire et pacifique dont les contours restent, en cette année 2016, encore à définir.”
 “Un printemps russe” est de ce point de vue un livre salutaire proposant, pour la France et l’Europe, un nouveau modèle de civilisation.

Site de l’auteur:

Dissonance

                                                            http://alexandrelatsa.ru/ 

Éditions des Syrtes
Quai Bezanson-Hugues 14
CH – 1204 Genève
ISBN 9782940523429 (mai 2016)
305 pages, tarif: 20€

________________________________


http://artcorusse.org/conference-dalexandre-latsa-un-printemps-russe-a-paris/


 
Cercle Pouchkine
reçoit
Jeudi 22 septembre 2016 à 19h
dans les locaux de  Dialogue Franco-russe.
Alexandre Latsa
 

La Russie revit après un hiver éprouvant qui aurait pu la faire disparaitre. Après l’effondrement soviétique et la pérestroïka, elle a traversé dans les années 90 une décennie cauchemardesque où l’État a pratiquement cessé d’exister. Peu de gens en Occident ont idée de ce que ces années furent pour la Russie.

Les actifs de l’État et des grandes sociétés étatiques furent privatisés et rachetés par des hommes d’affaires sans scrupule. Ceux qu’on appellera les « oligarques » prirent le contrôle de pans entiers de l’économie dans les secteurs stratégiques, industriels ou financiers. Dans une atmosphère de corruption généralisée, le pays fut livré aux mafias qui le transformèrent en gigantesque zone de non-droit où règlements de comptes et enlèvements étaient devenus monnaie courante…..


Jean Maiboroda