A PROPOS DU CONFLIT UKRAINIEN  07/07/2014

Notre association compte parmi ses membres des Ukrainiens (ou descendants d'Ukrainiens)  ayant des sympathies pour le nouveau pouvoir installé à Kiev, et d'autres ayant des sympathies pour les "Ukrainiens de l'Est".  Kalinka-Machja compte en outre des Russes (ou descendants de Russes) logiquement proches des thèses défendues par les "séparatistes" de l'Est. Nous ne désirons pas transposer ici les divergences idéologiques respectives et les antagonismes qui frappent hélas les deux peuples frères. Nous ne saurions donc prendre parti pour l'un ou l'autre des protagonistes de ce tragique affrontement, et nous laissons chacun libre de ses options, de ses opinions et de ses sentiments.

Hélène MENELGADO  30/09/2009

Nous découvrons avec plaisir le site d'Hélène MENELGADO, née PACHOUTINSKI : http://helene.menegaldo.net
Hélène Menelgado, Professeur honoraire de langue et littérature russes à l' Université de Poitiers est l'auteur de nombreux ouvrages, dont "Les Russes à Paris (1919-1939)" que nous présentons dans la rubrique BIBLIOGRAPHIE.

Soljénitsyne  01/03/2009


SOLJENITSYNE fut un pourfendeur implacable et déterminé de l'idéologie totalitaire soviétique. Il ne fut guère plus tendre il est vrai, envers la démocratie américaine, considérée par lui comme un "bazar commercial" peu digne de respect.
Par delà les panégyriques et les dithyrambes dont on le gratifie actuellement, une petite restriction s'impose : l'immense Alexandre Issaïevitch cultiva lui-même dans la seconde partie de son existence, une sorte d'idéologie mystique "Grand Russe - Vieux Croyant" non dépourvue d'ambiguïtés.
Il demeurera cependant celui qui dénonça avec courage et obstination l'horreur concentrationnaire, celui qui sut éveiller les consciences humaines face à l'arbitraire et la terreur stalinienne, celui qui sut évoquer aussi, avec passion mais avec justesse, la profondeur et la complexité de l'âme russe.
Sans atteindre le talent de l'emblématique Pouchkine, l'envergure épique de Tolstoï, ou la dimension éthique de Dostoïevski, il a toute sa place dans le panthéon des grands écrivains russes.
Il restera un témoin capital de l'univers du goulag, qu'il sut décrire avec réalisme et minutie. Mais il fut aussi un historien messianique, soucieux de laisser à la postérité, avec "La roue rouge", une fresque monumentale consacrée à l'évolution contemporaine de son pays.
«Toute révolution déchaîne les instincts de la plus élémentaire barbarie» déclara-t-il un jour. Nous retiendrons de lui ce jugement qui peut paraître excessif, mais qui reflète bien son humanisme éclairé, et nous le compléterons en ajoutant simplement qu'il en va de même de toute idéologie exacerbée.