NAPOLEON ET LE GENERAL HIVER

Dimanche 23 Décembre 2018

Le «Général hiver», qui était donc ce mystérieux ennemi russe tant redouté par Napoléon?

L’hiver russe cruel et impitoyable a souvent aidé les troupes russes à maîtriser et à écraser l’ennemi qui avançait. Cependant, dans certains cas, le capricieux «Général hiver» s’est retourné contre son allié…

Cet allié important de la Russie porte de nombreux noms : Général hiver, Général gel ou Général neige. Le rude hiver russe a longtemps été une arme puissante utilisée par la Russie contre ses ennemis choyés par les doux hivers européens.






 
Louis Bombled/Le Petit Journal
Louis Bombled/Le Petit Journal

 

La première apparition du nom « Général hiver » remonte à 1812 dans un dessin satirique britannique consacré à la campagne catastrophique de Napoléon en Russie. Les Anglais ont écrit : « Le Général hiver rasant le petit Boney ». (Little Boney - nom donné à Bonaparte aux proportions ridicules qui figure dans des caricatures britanniques de l'époque). Depuis lors, ce nom est devenu emblématique.

William Elmes/University of Washington
William Elmes/University of Washington

Les généraux de Napoléon ont écrit dans leurs mémoires que l’hiver russe était la principale cause de la défaite de la Grande armée. Mais c’est une excuse destinée à sauver leur honneur. Les troupes françaises ont en effet été écrasées par le courage des soldats russes, la guerre de partisans généralisée et les tactiques astucieuses du commandement russe, qui ont épuisé l’ennemi.

Peter von Hess/Hermitage Amsterdam
Peter von Hess/Hermitage Amsterdam

Néanmoins, le Général gel a porté un coup fatal aux Français. Le froid impitoyable a eu un impact terrible sur la Grande Armée, mal préparée, lors de sa retraite de Russie. Seuls quelques dizaines de milliers de soldats sur 600 000 sont rentrés chez eux et l'hiver a joué un rôle non négligeable à cet égard.

Illarion Pryanishnikov/Wikipedia
Illarion Pryanishnikov/Wikipedia