RUSSIE

CERCLE CULTUREL ET HISTORIQUE CORSE - RUSSIE - UKRAINE

 


Ce site est  désormais, et exclusivement, l’organe d’expression du CERCLE CULTUREL ET HISTORIQUE CORSE - RUSSIE - UKRAINE.
L'intitulé "kalinka-machja" apparaissant dans les moteurs de recherche est uniquement conservé pour des raisons inhérentes à la notoriété acquise sur internet (nom de domaine).
Les deux associations se sont en effet différenciées, à la fois dans leurs modalités d'organisation et dans leurs objectifs propres.


 

LE CERCLE CULTUREL ET HISTORIQUE CORSE - RUSSIE - UKRAINE
 


Cette association informelle, tout en cultivant la mémoire de l'émigration russe "blanche" en Corse, se donne pour objectif de faire connaître aux Corses la Russie d'hier et d'aujourd'hui, de même que l'Ukraine,  en leur offrant la possibilité de découvrir un vaste champ de connaissances, notamment dans les domaines de la culture, de l’économie et de l'histoire.
 
Dépassant les clivages nés de la révolution russe, mais à contrecourant de la doxa partisane des médias dominants, ce site aborde la problématique des rapports actuels entre "l'Occident" et les "Pays de l'Est" dans un contexte délibérément géopolitique.
 
Au risque de paraître contradictoires nous nous efforcerons donc de pratiquer une information plurielle n'occultant pas les  parti-pris idéologiques respectifs des différents sources exploitées et des LIENS  mentionnés.

Nous faisons volontiers nôtre cet aphorisme prêté au célèbre Ibn Khaldoun, selon lequel 
"La vérité est pareille à l'eau, qui prend la forme du vase qui la contient."
Nous pourrions le compléter par un autre aphorisme :  "Il y a pire que de pas être informé: c'est penser l'être" (Ahmed Bensaada - Exergue de son site) .

 
                                                                        ____________________________________________________
 

 

L'ASSOCIATION KALINKA-MACHJA

L'association Kalinka-Machja, pour sa part, a été créée en 1994 par des descendants de migrants (terme à la mode) qui à la suite de la "césure dramatique représentée par la révolution d’Octobre 1917", ont abordé en 1921 et dans les années qui ont suivi, les rivages de l'île de Corse et y ont fait souche.
La raison d’être initiale de l'association était de perpétuer une sorte de "culte du souvenir" centré sur l'émigration russe blanche dans notre île, en lien avec d’autres descendants de l’émigration blanche en France et dans le monde.
Elle a,  depuis,  élargi son objet pour accueillir des personnes en provenance de pays de l’Est relevant de nouvelles vagues migratoires et pour promouvoir des liens entre la Corse, la Russie et l’Ukraine.
Elle a en outre diversifié ses actions et elle gère notamment les "journées du film russe" d'Ajaccio. (cf. LIEN).


Ассоциация Калинка-Макия
 
Единственная в своем роде ассоциация по налаживанию и развитию дружественных связей между Корсикой и Россией, а также странами Восточной Европы.
Ассоциация была создана в 1994-ом году потомками солдат и офицеров армии Врангеля, которые покинули Крым в 1921-ом году на корабле «Рион». Державший изначально курс на Бразилию «Рион» из-за поломки простаивает в порту Аяччо, и сотни вынужденных эмигрантов высаживаются на Корсике и становятся ее постоянными жителями. Этим историческим эпизодом и объясняется тот факт, что и по сей день на острове можно услышать немало русских или украинских фамилий.
В настоящее время ассоциация КАЛИНКА-МАКИЯ объединяет не только потомков эмигрантов-«рионцев» или русских и украинцев, поселившихся на Корсике уже позднее, но и всех корсиканцев, интересующихся странами Восточной Европы и желающих установить связи с Россией, Украиной, Белоруссией. Развитие экономических и культурных связей, оказание гуманитарной помощи, а также обучение русскому языку и знакомство со славянской культурой – таковы основные направления деятельности ассоциации КАЛИНКА-МАКИЯ.

Руководство:

Президент: Жаклин Гуринович
Вице-президент (департамент Южная Корсика): Елена Ракот
Вице-президент (департамент Верхняя Корсика): Жорж Лебедефф;
Секретариат: Элен Кларисс -Турнан
 
                                                                       
 
 




DE LA CRIMÉE A LA CORSE - L’ODYSSÉE DU NAVIRE "RION" ( ex-Smolensk) - 1921

DE LA CRIMÉE A LA CORSE - L’ODYSSÉE DU NAVIRE
Pour connaître de manière moins condensée les conditions de l'arrivée du "RION" dans la rade d'Ajaccio en 1921, nous conseillons à nos visiteurs de se reporter à l'article figurant dans la rubrique "LES RUSSES EN CORSE", sous le titre: "Mai 1921. Les émigrants du "RION" à Ajaccio",  dont l'auteur est monsieur Bruno Bagni, historien.

En complément, Cf. Rubrique "Les RUSSES EN CORSE" : Extraits du journal "LA JEUNE CORSE", datant de 1921 et relatant pratiquement "au jour le jour" les épisodes marquants du débarquement et de l’installation des migrants russes blancs dans notre île. Mais voici résumée en quelques lignes l'odyssée du "RION".




RUSSES ET UKRAINIENS EN TERRE CORSE
L'ODYSSEE DU "RION"


La Corse compte un certain nombre d'habitants d'origine russe et ukrainienne. Ce sont les enfants et petits enfants d'émigrants qui, fuyant le régime bolchevique, se fixèrent en terre corse.
En effet, le 15 mai 1921, un transport de troupes ayant à son bord 3.800 personnes a mouillé en rade d'Ajaccio. Il y est demeuré jusqu'à la fin juin 1921. La plupart des passagers étaient des soldats de l'armée du général WRANGEL. Mais il y avait également à bord des civils : familles d'officiers, commerçants, fonctionnaires, propriétaires terriens, et paysans ukrainiens ayant choisi le parti des blancs.

Le navire venait de Turquie, où avait échoué la majeure partie de l'armée WRANGEL, vaincue par les Rouges et repoussée vers les rives de la mer noire en novembre 1920.
Rappelons que la révolution ne s'est pas imposée immédiatement en Russie, et qu'elle ne se limite pas aux "journées d'octobre" qui ont vu Lénine, par un putsch audacieux, s'emparer du pouvoir à Petrograd (devenue Leningrad sous l'URSS).
De 1917 à 1921, plusieurs armées dites "blanches" (par opposition à l'armée rouge), ont mené avec l'appui de corps expéditionnaires américain, anglais, français et tchèque une "contre-révolution" qui a pris les allures d'une véritable guerre civile.
Ces armées, composées de tsaristes mais également de républicains fidèles au gouvernement provisoire, ou de Russes effrayés par les excès des révolutionnaires, ont notamment combattu en Sibérie (amiral Koltchak), en Ukraine (Général Denikine), sur le Don (Cosaques de Kaledine), et en Crimée (Général Wrangel). Le pouvoir des soviets ne s'est durablement installé qu'avec la disparition des dernières forces blanches en Mongolie et au Turkestan, en 1921.
De 1917 à 1921 la guerre civile a causé d'innombrables pertes humaines, dues aux exactions respectives des troupes blanches et rouges, et aux méthodes des bolcheviques, adeptes de la dictature du prolétariat et de la "terreur de masse".
L'armée Wrangel, dernière armée "organisée" des tsaristes, a réussi sous la protection des marines française et anglaise, à embarquer dans l'ordre à Sébastopol et à quitter la Russie.
Près de 120 navires, essentiellement russes, mais également une dizaine de navires français et quelques bateaux italiens et grecs, ont amené en Turquie, environ 110.000 soldats, dont nombre de cosaques du Kouban, et 30.000 civils, Ukrainiens pour la plupart.
La marine anglaise, pour sa part, s'est contentée de rapatrier ses ressortissants. Seul un capitaine anglais, désobéissant aux ordres, a accepté des réfugiés, ce qui, pour l'anecdote, lui a valu une promesse de cour martiale de la part de l'amiral commandant la flotte britannique, promesse néanmoins accompagnée de félicitations pour sa générosité.

Le "RION", transport de troupes mixte, parti de Gallipoli, en Turquie, alors occupée par les troupes alliées après leur victoire sur l'Allemagne durant la guerre 14-18, a fait escale à Messine puis a terminé sa course à Ajaccio, victime d'une grave avarie de moteur.
Sa destination finale devait être le Brésil, où comptaient s'installer les migrants. Seuls 600 d'entre eux seraient finalement parvenus à destination (Etat de Sao Paulo) en empruntant un autre navire. Les autres (près de 3.000) sont restés momentanément en terre corse.

En 1924 on ne dénombrait plus dans l'île que deux à trois cents émigrés (chiffres variant selon les sources), les autres ayant choisi de gagner le continent français, où le marché de l'emploi se révélait moins étroit que celui de l'île, qui conserva quelques dizaines de migrants devenus "garçons de ferme" dans les villages de l'intérieur, quelques fonctionnaires contraints d'exercer des métiers n'ayant qu'un lointain rapport avec leur activité initiale, et certains techniciens (industriels, ingénieurs, commerçants) qui, à quelques exceptions près, ne retrouvèrent pas leur qualification d'origine.

Nombre d'émigrés demeurés célibataires disparurent dans un certain anonymat au fil des ans. D'autres épousèrent des insulaires et fondèrent famille.
Ils ont vraisemblablement incité d'autres émigrés russes et ukrainiens de leur connaissance dispersés en Europe à venir en Corse,  île dont ils vantaient certainement le charme et l'hospîtalité, car on note des arrivées individuelles jusqu'à la veille de la seconde guerre mondiale.
C'est ainsi que Constantin Maiboroda, père de l'auteur de cet article, ayant fui l'Ukraine en 1920/21, est arrivé en Corse en 1929 après avoir terminé des études techniques (électricité) en Tchécoslovaquie. Il y a épousé, peu après, une insulaire originaire du village d'UCCIANI, Catherine Mariaccia.
 
La Corse a donc connu des patronymes tels que :   Amolsky, Aparine, Baranovsky, Bikodoroff, Borissoff, Borodine, Boudnikoff, Gorovenko, Gourinovitch, Ivanov, Joukoff, Kartawiy , Kedroff,  Kerefoff, Kilko, Kotchef,  Kugeloff, Lebedeff, Maïboroda, Mironenko, Modzalewsky, Oupirenko, Pimenof, Pobiedenny ,  Popov, Seleznef, Serdukof, Tarrassenko,  Tchesnekoff, Teletsine, Voropaief...
Le nombre de ces patronymes s'est réduit au fil des disparitions naturelles ou des alliances avec des familles locales. 

Notre  île ayant la faculté historique pourrait-on dire, de "phagocyter" ceux qui débarquent sur ses rivages, la génération suivante s'est pratiquement fondue dans le peuple corse et seuls les patronymes révèlent désormais l'origine de ces insulaires "insolites".

 
Ajoutons, pour terminer, que le prince Youssoupov, connu pour avoir participé à l'élimination de Raspoutine, s'était installé en Corse, à CALVI, en 1924, où il avait fait l'acquisition d'une demeure, ⃰  et que notre île compte aujourd'hui parmi ses habitants permanents ou temporaires des descendants du général WRANGEL.

Jean Maïboroda

⃰  Cf.  sur notre site l'article : "Le Prince Youssoupov en Corse" - Rubrique LES RUSSES EN CORSE.


 
_______________________________________________________________________________________________________________________________


UKRAINE - RUSSIE : LES FRERES ENNEMIS

UKRAINE - RUSSIE :  LES FRERES ENNEMIS

Le point de vue de l'Association Historique Corse - Russie - Ukraine
 
S'agissant de la Russie et de l'Ukraine, nations sœurs devenues hostiles, la situation est généralement analysée, commentée, jugée, en fonction de marqueurs idéologiques, notamment ceux relatifs à l'OTAN, à l'Europe, et aux rapports entre "le camp occidental" et  la Russie.
Nous ne pouvons ignorer le conflit actuel. La déchirure qui affecte l'Ukraine a d’incontestables répercussions sur la diaspora originaire d’Ukraine et de Russie.
Mais nous ne désirons pas transposer ici les divergences idéologiques respectives et les antagonismes qui conduisent les deux camps à s’affronter par les armes. Nous ne pouvons que souhaiter le retour à la raison et à la paix. 
Nous ne saurions donc prendre parti pour l’un ou l’autre des protagonistes, et nous laissons nos adhérents (tout autant que nos lecteurs)  libres de leurs options,  de leurs opinions et de leurs sentiments.
Aussi, proposons-nous à nos visiteurs, à travers des LIENS spécifiques, la consultation de sites russes et de sites ukrainiens. Chacun pourra de la sorte , en allant "à la source", ou bien être conforté dans ses convictions personnelles, ou bien (ce qui nous semble préférable) satisfaire un éventuel désir d'information équilibrée.

 

__________________________________

 
Le visiteur intéressé par les relations entre la Russie et l'Ukraine,  pourra cependant lire  dans notre RUBRIQUE "UKRAINE" une étude  intitulée "Ukraine. Données démolinguistiques et historiques". Cette  étude émane de l'Université LAVAL, au QUEBEC.    (http://www.axl.cefan.ulaval.ca/europe/ukraine.htm)
Elle nous paraît toutefois pour le moins "prudente" lorsqu'il s'agit de relater les événements relatifs à la période 1941-1945 et les épisodes nationalistes et  "bandéristes" (rapports avec l'Allemagne nazie et participation à l'extermination des Juifs), qu'elle passe totalement sous silence.
Un autre texte, intitulé "Courte Histoire de l'Ukraine" adopte à ce propos la même prudence.


__________________________________


Le site " LES CRISES"  ( https://www.les-crises.fr/ ) offre pour sa part un dossier particulièrement exhaustif  (53 articles !) relatif à l'Ukraine.
( https://www.les-crises.fr/dossier/la-crise-ukrainienne/ )

 

Dossier : La crise ukrainienne

 
53 Articles
 
La crise ukrainienne
 
Cette crise fait partie des plus importantes de ce début de millénaire. Tournant radical dans les relations Russo-européenne, elle fut aussi le terrain de nombreuses propagandes.

►  POSITION  "LES CRISES"  :


● L’Ukraine est un pays fragile, pont entre l’UE et la Russie, ancienne république de l’URSS. L'économie ukrainienne est sous-performante, et tournée en grande partie vers la Russie, en particulier pour le coeur industriel présent dans l'Est du pays. Rajouté à la proximité culturelle, ceci fait que ces populations de l'Est accepteront très difficilement de couper les ponts avec la Russie.
● Si l’Ukraine est bien libre de ses choix vis-à-vis de la Russie, l’UE peut cependant choisir d’exciter ou de freiner ses ardeurs “séparatistes” envers la Russie. C’est un choix, avec des conséquences.
● Comme l’Occident (UE + USA) a opté pour l’excitation des tensions, cela a mis le feu aux poudres en Crimée (peuplée majoritairement de Russes) et dans le Donbass, comme c’était prévisible (pour qui a analysé et compris les fragilités de l’Ukraine).
● Des centaines de milliers de démocrates pro-européens ont alors rejoint le mouvement Maïdan, demandant plus d’intégrité publique. Pour sympathique qu’il soit, il n’a pas atteint 50 % de soutiens dans le pays selon plusieurs sondages.
● Une petite fraction fascisante du mouvement a constitué des milices armées, qui ont affronté durement les forces de l’ordre – tuant une vingtaine de policiers par balle, et comptant en retour des dizaines de morts, dont certains dans des conditions très suspectes.
● Le 21 février, un accord était signé par toutes les parties, prévoyant de futures élections présidentielles, et un gouvernement d’union nationale. Cela aurait pu finir en "happy end" à ce stade, si la France avait honoré sa signature.
● Juste après les milices factieuses ont chassé le Président (très probablement corrompu, mais démocratiquement élu), le menaçant de mort : définition même d’un coup d’État.
● Le gouvernement nommé ne fut alors en rien "d’union nationale", ne comprenait aucun représentant des russophones, et, bien pire comprenait 6 ministres (sur 19) appartenant ou ayant appartenu à des organisations néonazies/fascistes, dont 4 au parti Svoboda, et donc 13 ministres n’ont vu aucun problème à gouverner avec ces gens-là. D’où l’expression "gouvernement fascisant". Evidemment, ce n’était pas le IVe Reich non plus. Cependant la présence de ministres néo-nazis ou fascistes dans le plus grand pays d’Europe, cela mérite un peu d’indignation et d’enquête…
● Une nouvelle majorité de droite très dure a commencé par s’attaquer au statut de langue régionale officielle du russe, puis au parti communiste – ce qui en dit long sur ce nouveau pouvoir…
● Cela a effrayé la Crimée, qui est donc partie, et le Donbass, qui a utilisé à l’Est les mêmes méthodes d’insurrection qui avaient marché à l’Ouest 3 mois auparavant.

On peut évidemment en débattre, mais beaucoup de ces faits sont assez clairement établis. Dans cette histoire, la Russie n'est pas blanche. Cependant, que dirait-on si la Russie venait pousser la Belgique à quitter l’UE et l’OTAN, ou venait défendre les droits démocratiques des Catalans à faire cession d’avec l’Espagne ? Un des principes de la propagande en Démocratie est de présenter toute situation de façon manichéenne, ce qui n’est pratiquement jamais le cas… Ici, on aurait supposément une Ukraine démocratique face à la méchante Russie, la propagande russe expliquant que tout officiel en Ukraine est un adorateur d’Hitler. Il faut trouver le juste milieu.
#1
[[U1-1] Comprendre l’Ukraine – Le Pays]url:https://www.les-crises.fr/comprendre-l-ukraine-le-pays/
 
#2
[[U1-2] Comprendre l’Ukraine – L’Histoire du pays (1/2)]url:https://www.les-crises.fr/ukraine-l-histoire-du-pays-1/
 
#3
[[U1-2] Comprendre l’Ukraine – L’Histoire du pays (2/2)]url:https://www.les-crises.fr/ukraine-l-histoire-du-pays-2/
 
#4
[[U1-3] Comprendre l’Ukraine – La Population]url:https://www.les-crises.fr/ukraine-la-population/
 
#5
[[U1-4] Comprendre l’Ukraine – La Religion]url:https://www.les-crises.fr/ukraine-la-religion/
 
#6
[[U1-5] Comprendre l’Ukraine – Les langues]url:https://www.les-crises.fr/ukraine-les-langues/
 
#7
[[U1-6] Comprendre l’Ukraine – Le PIB]url:https://www.les-crises.fr/ukraine-le-pib/
 
#8
[[U1-7] Comprendre l’Ukraine – Le commerce international]url:https://www.les-crises.fr/ukraine-commerce-international/
 
#9
[[U1-8] Comprendre l’Ukraine – La politique depuis 1991]url:https://www.les-crises.fr/ukraine-la-politique/
 
#12
[[U2-1] L’enjeu central des accords commerciaux & Le rôle des Oligarques]url:https://www.les-crises.fr/les-accords-commerciaux/
 
#13
[[U2-2] La responsabilité de l’UE dans la crise ukrainienne (1/2)]url:https://www.les-crises.fr/responsabilite-ue-ukraine-1/
 
#14
[[U2-3] [ÉNORME] La responsabilité de l’UE dans la crise ukrainienne (2/2)]url:https://www.les-crises.fr/responsabilite-ue-ukraine-2/
 
#15
[[U3-1] Le phénomène nazi en Ukraine – La Galicie]url:https://www.les-crises.fr/nazis-ukraine-la-galicie/
 
#16
[[U3-2] Les Juifs d’Europe orientale]url:https://www.les-crises.fr/les-juifs-d-europe-orientale/
 
#17
[[U3-3] Les Juifs de Galicie & Les mouvements nationalistes ukrainiens]url:https://www.les-crises.fr/les-juifs-de-galicie/
 
#18
[[U3-4] L’invasion nazie en 1941 et la guerre]url:https://www.les-crises.fr/l-invasion-nazie-en-1941/
 
#19
[[U3-5] Le sort des juifs en Galicie (1/2)]url:https://www.les-crises.fr/le-sort-des-juifs-en-galicie-1/
 
#20
[[U3-5] Le sort des juifs en Ukraine (2/2)]url:https://www.les-crises.fr/le-sort-des-juifs-en-galicie-2/
 
#21
[[U3-6] L’UPA en action et les Massacres de la Volhynie]url:https://www.les-crises.fr/u3-6-l-upa-en-action-et-les-massacres-de-la-volhynie/
 
#22
[[U3-7] La résurgence néonazie depuis 1991 en Ukraine : du SNPU au parti Svoboda]url:https://www.les-crises.fr/u37-du-snpu-a-svoboda/
 
#23
[[U3-7] Députés de Svoboda : cachez ces néonazis que nous ne saurions voir…]url:https://www.les-crises.fr/u372-deputes-de-svoboda/
 
#24
[[Synthèse Ukraine] La face cachée de la Crise ukrainienne]url:https://www.les-crises.fr/la-face-cachee-de-la-crise-ukrainienne/
 
#25
[[Ukraine : on a oublié de vous dire… 1] Les racines de la crise]url:https://www.les-crises.fr/ukraine-oaodvd-1/
 
#26
[[Ukraine : on a oublié de vous dire… 2] Les fascistes font monter la violence pro-européenne]url:https://www.les-crises.fr/ukraine-oaodvd-2/
 
#27
[[Ukraine : on a oublié de vous dire… 3-1] Svoboda : une “Liberté” toute relative…]url:https://www.les-crises.fr/ukraine-oaodvd-3/
 
#28
[[Ukraine : on a oublié de vous dire… 3-2] Les puissances occidentales soutiennent un coup d’Etat en Ukraine]url:https://www.les-crises.fr/ukraine-oaodvd-3-2/
 
#29
[[Ukraine : on a oublié de vous dire… 4] Quand Washington s’emmêle…]url:https://www.les-crises.fr/ukraine-oaodvd-4/
 
#30
[[Ukraine : on a oublié de vous dire… 5.1] Le coup d’État…]url:https://www.les-crises.fr/ukraine-oaodvd-5/
 
#31
[[Ukraine 5.2] L’imposture du “gouvernement démocratique”]url:https://www.les-crises.fr/ukraine-oaodvd-5-2/
 
#32
[[Ukraine : on a oublié de vous dire… 6] On n’humilie pas la Russie en vain…]url:https://www.les-crises.fr/ukraine-oaodvd-6/
 
#33
[[Ukraine : on a oublié de vous dire… 7] Classique du coup d’État : oups, ce sont peut-être les “gentils” qui ont tué des manifestants…]url:https://www.les-crises.fr/ukraine-oaodvd-7/
 
#34
[[Ukraine : on a oublié de vous dire… 8] Géopolitique…]url:https://www.les-crises.fr/ukraine-oaodvd-8/
 
#35
[[Néonazisme] Secteur Droit, c’est ça…]url:https://www.les-crises.fr/secteur-droit-c-est-ca/
 
#36
[[Néonazisme] Et Secteur Droit France suggère d’égorger les Ukrainiens russophones…]url:https://www.les-crises.fr/secteur-droit-egorger-russophones/
 
#37
[[Média] BFM Business : la poudrière ukrainienne]url:https://www.les-crises.fr/media-bfm-business-la-poudriere-ukrainienne/
 
#38
[[Maïdan, 3 ans déjà] L’information sur l’Ukraine vue par le Monde…]url:https://www.les-crises.fr/maidan-2-ans-deja-linformation-sur-lukraine-vue-par-le-monde/
 
#42
[[É-NO-RME] Les chars russes sont prêts à franchir la frontière européenne, selon Berlin]url:https://www.les-crises.fr/les-chars-russes-selon-berlin/
 
#43
[[Le dur métier de propagandiste…] Quand l’AFP fait une grosse bourde, contamine les esprits, puis refuse d’employer les bons mots…]url:https://www.les-crises.fr/quand-l-afp-s-emmele/
 
#44
[[Ukraine] Comment les Allemands sont mieux informés que les Français…]url:https://www.les-crises.fr/allemands-mieux-informes/
 
#46
[[Exclusif] 25 % d’Ukrainiens en Crimée – où est le problème ?]url:https://www.les-crises.fr/ukrainiens-crimee/
 
#47
[[Exclusif] La vision de Mitterrand sur l’Ukraine, par M.N. Lienemann]url:https://www.les-crises.fr/mitterrand-sur-l-ukraine-mnl/
 
#48
[[Traduction] Le risque que la situation s’aggrave, comme en août 1914, augmente de jour en jour – par l’ex-chancelier Helmut Schmidt (+VGE)]url:https://www.les-crises.fr/schmidt-bild/
 
#49
[[Interview exceptionnelle] Pierre Maillard, ancien conseiller diplomatique du général De Gaulle [2014]]url:https://www.les-crises.fr/interview-pierre-maillard/
 
#50
[[Régis Debray & Gabriel Robin 2] Notre diplomatie se fourvoie parce qu’elle est inculte – Fermons Sciences-Po et l’ENA, qui fabriquent des gens incultes, donc dangereux]url:https://www.les-crises.fr/debray-robin-ukraine/
 
#51
[[Reprise] De qui la Crimée est-elle le pays ? par Sergeï Khrouchtchev]url:https://www.les-crises.fr/reprise-de-qui-la-crimee-est-elle-le-pays-par-sergei-khrouchtchev/
 
#52
[[Traduction] La fin de la crise en Ukraine, par Henry Kissinger]url:https://www.les-crises.fr/fin-de-crise-urkaine/
 
#53
[[Reprise] En finir avec le manichéisme infantile, par Jean-François Kahn]url:https://www.les-crises.fr/en-finir-avec-le-manicheisme/

 _________________________

 
 
Tout en ayant bien conscience que le site "LES CRISES"  est lui-même assez "engagé", nous  reproduisons quelques extraits de son volumineux dossier, extraits que l'on peut lire en parcourant dans la rubrique "UKRAINE" l'article intitulé "Comprendre l'Ukraine"
 
Jean Maïboroda 




 
____________________________________________________________________________________________________________________

 




10 œuvres de la Galerie Tretiakov à ne surtout pas rater

RUSSIA BEYOND

https://fr.rbth.com/art/79854-10-oeuvres-galerie-tretiakov-par-heure


CULTURE        ALEXANDRA GOUZEVA

 

 

Pavel Tretiakov n’avait probablement pas idée de la future popularité de sa collection privée de tableaux. Aujourd’hui, la Galerie Tretiakov de Moscou s’impose comme le chef de file des expositions d’art dans le pays. Alors qu’il est possible d’en parcourir les salles pendant des heures, Russia Beyond vous présente les œuvres à ne pas manquer si vous ne disposez que de peu de temps.



1. Andreï Roublev, Icône de la Trinité (salle 60, rez-de-chaussée)

La collection d’icônes  de la galerie est stupéfiante, puisqu’elle comprend certains des plus délicats exemples de l’art de la Rus’ de Kiev  du XIIe siècle. L’une des œuvres les plus importantes que l’on y trouve est l’Icône de la Trinité (1425-1427), réalisée par Andreï Roublev, l’artiste religieux le plus connu de l’histoire russe.

Fait amusant, la première personne à avoir exposer publiquement des icônes a été le célèbre impresario de ballet Serge Diaghilev, un admirateur de Tretiakov. Au début du XXe siècle, il a en effet donné une impulsion à la culture russe à l’étranger, alors qu’il effectuait des tournées en Europe avec sa troupe d’artistes et de danseurs.

Lire aussi : Lire et comprendre une icône russe

2. Valentin Serov. La Jeune Fille aux pêches (salle 41, rez-de-chaussée)

Serov était un maître du portrait. Des empereurs russes et des membres de la famille impériale ont posé pour lui, tout comme de célèbres contemporains, compositeurs, écrivains et artistes. Mais l’une de ses œuvres les plus acclamées est le portrait d’une ordinaire fillette de 12 ans, Vera Mamontova, La Jeune Fille aux pêches (1887).

L’artiste a capturé ce moment par accident : Vera a pris place à table alors que le peintre venait tout juste d’arriver chez les Mamontov. Le père de l’enfant, Savva Mamontov, était un puissant entrepreneur et mécène. Serov a précisé qu’il souhaitait immortaliser la fraicheur de la jeune fille et la lumière qu’elle dégageait.

3. Ivan Aïvazovski. Arc-en-ciel (salle 19, 1er étage)

À l’étranger, toute vente aux enchères d’œuvres russes comprend au moins un tableau de ce peintre mariniste. Son chef-d’œuvre le plus célèbre, La Neuvième Vague, est exposé au Musée Russe de Saint-Pétersbourg, mais la Galerie Tretiakov compte elle aussi d’autres peintures de ce grand artiste, parmi lesquelles on retrouve Arc-en-ciel (1873).

Lire aussi : Saurez-vous distinguer l’art russe de l’art occidental?

4. Constantin Flavitski. Princesse Tarakanova (salle 16, 1er étage)

En traversant les salles de la galerie, des dizaines de tableaux sont susceptibles d’attirer votre regard, mais nous vous conseillons de vous attarder quelques instants pour admirer l’une de ces toiles en particulier.
Princesse Tarakanova (1864) représente une inondation à la forteresse Pierre-et-Paul de Saint-Pétersbourg. La fameuse princesse Tarakanova (en fait son nom réel est inconnu) était en prison pour avoir prétendu être la fille de l’impératrice Élisabeth Ire (1709-1762). Contemplez donc les sombres murs de sa cellule et l’expression de désespoir sur son visage, alors qu’elle réalise que l’eau est en train de monter inexorablement et que personne ne viendra la sauver. La véritable histoire  est cependant moins dramatique, mais tout aussi tragique. Elle a en fait succombé à la tuberculose dans cette forteresse en décembre 1775, après seulement 10 mois d’incarcération.

5. Alexandre Ivanov. L'Apparition du Christ au peuple (salle 10, 1er étage)

Pavel Tretiakov a été en mesure d’acheter seulement les esquisses de cet immense tableau, sur lequel l’artiste a travaillé 20 ans (1837-1857). Cette œuvre majeure d’Ivanov avait été acquise par l’empereur Alexandre II  et ce n’est qu’au XXe siècle qu’elle a été confiée à la Galerie Tretiakov, où elle est accrochée dans une pièce à part.

Lire aussi : Cinq peintures de Malevitch que vous n'aviez probablement jamais vues

Vous pouvez fixer L’Apparition du Christ au peuple durant des heures et ne toujours pas comprendre tous ses détails, symboles et silhouettes. Prenez votre temps, et examinez cette peinture sous différents angles à des distances variées.

6. Ivan Chichkine. Un matin dans une forêt de pins (salle 25, 1er étage)

Il est impossible de confondre ce peintre avec un autre. Chichkine a en effet réalisé les plus magnifiques représentations des forêts russes à toute heure de la journée et en toutes saisons. À l’origine, Un matin dans une forêt de pins (1889) ne comprenait pas d’ours, ils ont en réalité été rajoutés par un autre artiste, Constantin Savitski. Pour certaines raisons, Pavel Tretiakov a néanmoins effacé du tableau la signature de ce dernier.
Durant l’époque soviétique, un détail de cette œuvre a en outre servi pour le design de l’emballage des célèbres chocolats Michka Kossolapy  (L’Ours Pataud). 

Lire aussi : Au-delà des œufs: dix chefs-d’œuvre du Musée Fabergé de Saint-Pétersbourg

7. Viktor Vasnetsov. Les Bogatyrs (salle 26, 1er étage)

Vasnetsov a consacré sa vie entière à l’art folklorique, et la majorité des Russes se représentent à présent les personnages des principaux contes populaires précisément comme il les avait peints. Les Bogatyrs (1898) est l’une de ses œuvres maîtresses, sur laquelle il a passé 20 ans. Y figurent les incontournables héros slaves  et chevaliers errants Dobrynia Nikititch, Ilya Mouromets et Aliocha Popovitch (de gauche à droite).

Avant de continuer la visite, imprégnez-vous un peu plus du monde fantastique du folklore russe à l’aide de deux autres tableaux de cet artiste, également présents dans cette salle : Alionouchka et Ivan Tsarévitch chevauchant le loup gris.

8. Vassili Sourikov. La Boyarine Morozova (salle 28, 1er étage)

Ce peintre a créé de nombreuses et massives œuvres historiques, reflétant l’esprit et les paysages de la Russie. La Boyarine Morozova (1884-1887) est l’une des peintures les plus impressionnantes et les plus chargées d’émotions de l’art russe. Pour son affiliation religieuse aux Vieux Croyants, cette noble du Moyen-Âge a été forcée à l’exil dans un monastère, ce qui revenait à l’époque à de l’emprisonnement.

Lire aussi : Secrets de l’avant-garde russe: ces œuvres dont les artistes avaient honte

La dramatique histoire derrière cette toile laisse entrevoir l’un des plus importants problèmes de la Russie du XVIIe siècle. La réforme de l’Église orthodoxe  a en effet mené à une division du pays : ceux restant fidèles aux anciennes traditions ont alors été qualifiés de Vieux Croyants et persécutés par l’État.

9. Ilia Répine. Ivan le Terrible tue son fils (salle 30, 1er étage)

Si vous disposez de peu de temps, il sera difficile de choisir la toile à admirer : Les Bateliers de la Volga, Les Cosaques zaporogues écrivant une lettre au sultan de Turquie, différents portraits de Léon Tolstoï ou encore Visiteur inattendu. Le choix le plus judicieux serait peut-être Ivan le Terrible tue son fils (1885).

Répine était fasciné par l’histoire de l’impulsif tsar Ivan le Terrible, qui a tué son unique (à ce moment) héritier au cours d’une dispute. Regardez donc la peur et la panique transparaissant dans ses yeux. Le peintre a travaillé durement sur cette œuvre, s’efforçant de représenter au mieux l’expression du personnage.

Lire aussi : Trésors perdus: comment les bolcheviks vendirent les œuvres des musées russes

10. Mikhaïl Vroubel. Démon assis (salle 33, 1er étage)

Vroubel a participé au projet de jubilé en la mémoire du poète Mikhaïl Lermontov, réalisant près de 30 esquisses pour le poème Le Démon. Il est ainsi clair que pour créer son tableau Démon assis (1890) le peintre s’est inspiré du personnage de Lermontov, un ange déchu, créature éternellement triste et souffrante symbolisant les contradictions intrinsèques de l’homme.

La galerie a d’ailleurs dédié une salle entière à cet artiste, l’un des plus talentueux de Russie, et l’un des précurseurs de l’avant-garde russe.


20/01/2019